Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Réception prochaine de 500 logements sociaux à Aïn El Turck: Plus de 4.000 demandeurs en attente d'un relogement

par Rachid Boutlelis

  Un quota de 500 logement sociaux sera réceptionné incessamment, a-t-on appris de sources proches de la commune d'Aïn El-Turck, et sera attribué aux mal-logés de la daïra de cette localité.

Il est fort probable que la faible offre du quota de logements sociaux, face à la forte demande, constituera un véritable casse-tête pour les responsables locaux. En effet, la demande s'amplifie encore au gré des familles sinistrées, venues de différentes régions du pays, notamment de l'Oranie, qui se sont installées dans les bidonvilles, essaimés à travers la contrée côtière d'Aïn El-Turck et dont les plus importants sont répertoriés dans le chef-lieu. Le projet de réalisation d'une cité de 500 logements sociaux, en phase d'achèvement, dont les travaux ont été confiés à une entreprise chinoise, situé juste en face de l'entrée principale du village Filaoucène, communément appelé ‘El Qaria', à la sortie ouest de la municipalité d'Aïn El Turck et dépendant administrativement de celle de Bousfer, ne sera, vraisemblablement, pas en mesure de satisfaire la demande considérable des familles postulantes, qui dépasse les 4.000 demandes. Cette éventualité, proche de la réalité, à travers le fait qu'un peu plus de 900 familles sinistrées, composant la population du bidonville ‘Oued Namousse', en référence à une rivière desséchée, longeant ledit village, et auxquels sont destinés, en principe, ces 500 logements sociaux. Même constat pour les 250 logements sociaux, dans le quartier Bahia, à mi-chemin du village de Cap Falcon où est répertorié un immense regroupement de constructions illicites, bordant la façade maritime, qui ne cesse de grossir au fil des jours, et dont les familles qui y résident attendent légitiment, en toute évidence, un hypothétique relogement. Il importe de signaler dans cette même optique qu'un choix de terrain a été établi, récemment, par la wilaya d'Oran, non loin du village Cap Falcon, pour le lancement imminent, des travaux de réalisation d'un projet de 1 500 logements, de formule AADL. Toujours est-il, en toute vraisemblance, que l'opération de distribution du logement social ne sera pas une mission de tout repos, dans ladite contrée, qui est confrontée à une démographie galopante depuis les deux dernières décennies. Il faut signaler qu'outre les habitants des bidonvilles et les demandeurs de logements ayant déposé des dossiers il y a plusieurs années, de nombreuses familles squattent des biens communaux notamment, le Théâtre de verdure de Trouville et des centres de colonies de vacances. Des familles qu'il faudrait aussi reloger pour permettre à la municipalité de récupérer ses biens. Pour cela, la daïra d'Ain El-Turck a un besoin pressant de nouveaux programmes de logements, à même de prendre en charge une partie des demandeurs, dont certains attendent, depuis plusieurs années.