Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Perturbation en AEP, raccordement au gaz de ville, hygiène…: Des habitants des Planteurs en colère bloquent la route

par J. Boukraa

Le raccordement au réseau du gaz naturel, les perturbations dans l'alimentation en eau potable et l'hygiène ont, une nouvelle fois, fait sortir des habitants dans la rue. Dans la matinée d'hier, des dizaines d'habitants de la cité 250 logements « Sidi El Houari », dans le quartier des Planteurs, , ont bloqué la route au niveau de l'intersection près des ex-bassins de Sidi El houari. Tous les axes menant vers Ras El Aïn, la place du 1er Novembre, la Pêcherie, les Planteurs et vers les Amandiers, ont été fermés à la circulation automobile. Selon les protestataires, le recours à cette action de protestation a été décidé après un ras-le-bol généralisé des habitants de la cité, qui affirment-ils, sont confronté à un problème de perturbation dans l'alimentation en eau potable qui dure depuis plus d'un mois. L'autre problème soulevé par les contestataires et lié au raccordement de leurs foyers au réseau du gaz naturel. « Ces bâtiments ont été réalisés au début des années 60 et n'ont toujours pas été raccordés au réseau du gaz de ville. », assure un des protestataires. Les protestataires, qui ont fermé la route pendant plus d'une heure, affirment avoir envoyé plusieurs correspondances aux services concernés mais en vain, ce qui les a poussés à sortir et manifester dans la rue. Un embouteillage monstre s'est formé. De nombreux automobilistes et des bus de transporteurs ont dû rebrousser chemin. D'autres sont restés bloqués. «Ces perturbations durent depuis plusieurs semaines et nous sommes contraints d'acheter de l'eau des colporteurs», a affirmé un citoyen qui a déploré le silence incompréhensible des autorités locales. D'autres ajoutent : «on a peur pour nos enfants, l'eau des citernes n'est pas toujours de bonne qualité et dans la majorité des cas elle n'est pas contrôlée. On craint le pire surtout après la prolifération du choléra». Concernant le gaz, nos interlocuteurs rappellent que leur cité est composée de trois immeubles, l'un de 10 étages, l'autre de sept étages et le troisième de cinq étages. « Imaginez le calvaire pour un habitant de ces immeubles contraint de s'approvisionner en bouteilles de gaz et de monter 10 étages ». Tout au long de la matinée, un important dispositif sécuritaire a été mis en place pour éviter tout débordement. Selon les protestataires, un responsable de la SEOR c'est déplacé sur place pour les rassurer. Interrogé sur ce problème, M. Khodja directeur de l'alimentation en eau potable, la société de l'eau et de l'assainissement d'Oran ( SEOR), qui était sur place, nous a affirmé que cette protestation a pour origine une coupure d'eau de quelques jours suite à l'arrêt de la station de dessalement. La station a repris service ce matin ( NDLR hier matin) mais les habitants sont sortis à la rue de crainte que les coupures se répètent ». « De mon côté j'ai promis à la population que le problème sera définitivement réglé dans une quinzaine de jours. Mais en attendant on va lancer un plan d'action demain (NDLR aujourd'hui). Ce plan consiste à installer des pompes au niveau de la commune de Mers El Kebir, pour alimenter cette partie haute. Et par conséquence, l'excédent d'eau va alimenter les habitants des Planteurs », a tenu à préciser le même responsable. Jusqu'aux environs de 13 heures, la route était toujours fermée à la circulation. Les protestataires ont affirmé qu'ils poursuivront leur action jusqu'à satisfaction de leurs revendications. Signalons que cette action de protestation intervient quelques jours après une action similaire des habitants de Terrain Chabat, qui avaient bloqué la route pour dénoncer des perturbations dans l'AEP. Ce jour-là le chef de la daïra d'Oran et des responsables de la Société de l'eau et de l'assainissement d'Oran (SEOR), se sont rendus sur les lieux et ont essayé de calmer les esprits. Les citoyens ont rouvert la route après près de 3 heures.