Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Elle était vendue aux bouchers comme viande bovine: Plus de 3 quintaux de viande chevaline saisis à Hai Nedjma

par K. Assia

De la viande chevaline vendue pour du bœuf est l'affaire que vient de traiter la section de recherches de la gendarmerie d'Oran avec la saisie de plus de 3 quintaux de viande. En effet, suite à des informations parvenues ces trois derniers jours aux gendarmes indiquant qu'un individu installé à Haï Nedjma s'adonnait à la vente de la viande de cheval en tant que viande bovine, une enquête a été ouverte. Les gendarmes ont renforcé le dispositif de contrôle dans les alentours d'une boucherie clandestine que l'individu avait créée chez lui dans son habitation en se dotant de tous les équipements pour découper la viande et surtout pour assurer son transport vers ses clients. Ainsi, lors du transport, les gendarmes ont arrêté le chauffeur d'un camion en flagrant délit en train de remettre un sac de viande hachée à un restaurateur. Après la fouille du camion, ils découvrent un autre sachet de viande hachée d'origine inconnue et un autre contenant le foie et le cœur qu'il avait l'intention de vendre à plusieurs restaurants. Poursuivant leur interrogatoire, les enquêteurs ont réussi à connaître l'identité du fournisseur, le nommé B.A, en charge de la préparation de cette viande chez lui à Hai En Nadjma. Une fois toutes les formalités réglementaires accomplies, une équipe composée d'enquêteurs appuyée de la brigade de la police technique relevant du groupement de la gendarmerie d'Oran, des unités d'intervention et des gendarmes d'El Kerma et d'Es-Senia, des représentants de la direction du commerce, des services agricoles et des vétérinaires, se sont rendus sur les lieux afin de connaître l'origine de la viande. Après la fouille de la boucherie clandestine, les enquêteurs ont découvert un camion de marque Kia servant au transport de la viande. Ils ont saisi 142 kg de viande, 153 kg de viande hachée, 14 kg de foie et de cœur, une balance électronique, des couteaux, des instruments pour découper la viande…Outre la tromperie sur l'origine et la clandestinité de l'activité, les gendarmes ont relevé l'insalubrité des lieux et le défaut d'hygiène. Le propriétaire a été arrêté avec un autre individu en train de découper la viande. Au total, trois individus ont été arrêtés dans cette affaire. Lors de son interrogatoire, le propriétaire a déclaré que l'opération d'abattage se faisait à l'abattoir communal alors que la préparation se déroulait chez lui. Les restaurateurs ont été à leur tour convoqués et ont déclaré qu'ils ignoraient toute cette fraude et que la viande leur était vendue en tant que viande de bœuf. Les trois individus seront présentés au tribunal à l'issue des investigations.