Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Avec le relogement, hier de plus de 300 familles, à Hai El Badr: Près de 50.000 logements sociaux distribués depuis 1999 à Oran

par D. B.

Avec le relogement hier, de plus de 300 familles du secteur urbain ‘El Badr', ce sont près de 50.000 logements publics locatifs (LPL) qui ont été attribués durant les 2 dernières décennies, à Oran. L'analyse de ce chiffre révèle que la wilaya d'Oran a connu une grande dynamique dans la lutte contre l'habitat précaire, notamment, depuis 2013.

Dans ce cadre près de 35.000 familles ont été relogées depuis juin 2014 à Oran. Ces opérations ont permis d'éradiquer 75 % des bidonvilles, répartis sur la wilaya dont 5 bidonvilles ont été rasés suite au relogement de ces familles. Ils étaient implantés à Cheklaoua, Le Virage, Hayat Regency et Bab El Hamra, entre autres. Ces actions ont permis de récupérer plusieurs assiettes foncières qui seront destinées à la concrétisation de projets d'investissements et d'utilité publique. Aussi, dans un passé récent, le wali d'Oran, a indiqué que la wilaya d'Oran dispose 25.000 logements sociaux, en cours de construction et que le relogement se fera au fur et à mesure de la réception des nouvelles habitations. Cette offre sera attribuée aux demandeurs de ce type de logements par les différentes commissions locales, chargées de l'étude des dossiers.

Le wali a tenu rassurer les citoyens que ces services ne ménagent aucun effort, pour satisfaire leurs besoins en logements. Il a, aussi, affirmé qu'il ne permettra aucun dépassement ou tentative de bénéficier de logement de manière frauduleuse et ce, quelle que soit son origine. Il a aussi lancé un appel aux citoyens pour contribuer au bon déroulement des opérations de relogement pour barrer la route aux opportunistes. Des opérations de relogement seront programmées au fur et mesure et en fonction de la réception des logements et de l'achèvement des travaux des VRD. Revenant au bilan des 2 dernières décennies, selon les chiffres de la direction du Logements, quelque 98.000 logements, tous programmes confondus, ont été réceptionnés et attribués, dans la wilaya d'Oran, durant la période, allant de 1999 à 2017.

Ce quota d'habitat, réparti sur les quinquennats précédents comporte 44.899 logements publics locatifs (LPL), 23.434 sociaux participatifs (LSP) et 786 logements similaires sont en cours de réalisation, 4.391 logements promotionnels aidés (LPA) et 5.025 logements similaires, en construction. Il a été procédé, dans la même période, à l'attribution de 3.180 logements promotionnels publics (LPP), plus de 10.000 logements location-vente (AADL), 1.875 logements location-vente/CNEP (21.900 et 1.202 logements de ces 2 formules sont en cours de réalisation. Concernant le nouveau programme LPA, la wilaya d'Oran a été destinatrice d'un 1er quota de 2.000 logements, répartis à travers les daïras d'Oran, Es Sénia, Ain Turck, Bethioua, Oued Tlélat, Gdyel et Arzew notamment. Des assiettes foncières, relevant des Domaines ont été retenues, dernièrement, pour accueillir ce programme. Pour le programme LPA 2018, les inscriptions se feront auprès des communes.

Plus de 6.000 habitations à réhabiliter dans une dizaine de communes

En parallèle aux opérations de relogements, pas moins de 6.051 habitations, en quête de réhabilitation, ont été recensées dans 22 sites, répartis à travers 10 communes de la wilaya d'Oran, a-t-on appris auprès de la direction de l'Urbanisme, de l'Architecture et de la Construction. Le plus grand nombre de ces habitations est situé dans la commune d'Es-Sénia (2012), puis Mers El-Kébir (931), Arzew (800) et les communes de Benfréha et Bousfer avec 570 et 520 respectivement.

Ce recensement a touché aussi 380 logements à Ain El Bia, 300 autres à El-Ançor, 218 à Sidi Chahmi, 200 à Bethioua et 120 à Bir El-Djir. La nature des travaux exigés pour ces habitations consiste, notamment, en la peinture des façades et la réfection des parties conférant un aspect esthétique. L'opération de réhabilitation du vieux bâti, dans la wilaya, supervisée par l'Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI), a touché, ces dernières années, 200 immeubles à Oran, pour une enveloppe financière de 700 millions de DA. Ces immeubles sont situés sur les boulevards ‘Mohamed Khémisti' et ‘Larbi Ben-M'hidi», au centre-ville, avec un total de 120 appartements, la rue ‘Maâta Mohamed Lahbib' (40) et Haï Sidi El Houari (30). Ils présentent notamment des problèmes d'infiltration d'eaux pluviales, domestiques ou usées. D'autre part, pas moins de 15.058 habitations précaires sont recensées, à travers 25 sites, répartis dans 10 communes de la wilaya d'Oran, ont indiqué dernièrement, des responsables de la direction de l'Habitat. Le plus grand site d'habitat précaire est enregistré dans la commune de Hassi Bounif, avec un total de 3.000 habitations, Benfréha (2.820), les communes de Bir El Djir et Arzew (2.000 chacune) et Sidi Chahmi (1.953). Ce recensement a également touché 655 habitations, dans la commune d'Ain El-Turck, 400 à El-Ancor, 180 à Bousfer et 150 maisons à Sidi Benyebka, a-t-on indiqué.

La résorption de l'habitat précaire permettra la récupération d'un foncier de 150 ha, soit une moyenne de 100 habitations par hectare. Pour éradiquer, définitivement, ce phénomène, la wilaya d'Oran nécessite l'inscription de 15.000 logements publics locatifs (LPL), ainsi qu'une autre opération de prise en charge des travaux d'aménagement et d'amélioration urbaine. Ce recensement ne concerne pas Haï Snaouber (ex Les Planteurs) qui compte, actuellement, 20.000 habitations précaires contre 9.500, en 2007. Des travaux de construction de 15.548 LPL sont en cours, dans la wilaya d'Oran. Inscrits durant la période de 2006 à 2013, ces logements sont destinés aux bénéficiaires de pré-affectations de Haï Snaouber et à des demandeurs de logements.