Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Installation de glissières dans les virages dangereux: Des signes d'affaissement de la chaussée sur la Corniche supérieure

par Rachid Boutlelis

Des signes d'affaissement de la chaussée, sur la route de la Corniche supérieure, ont été signalés par de nombreux automobilistes, notamment près de la source de Ain Khadidja près de l'ancienne briqueterie. En effet et selon un constat sur place, il s'agit de fissures ayant tendance à s'étendre si aucune opération n'est entreprise d'urgence sur cette route, qui fait face, chaque année, durant la saison estivale, à une ruée d'estivants venus des quatre coins du pays. Il s'agit en réalité d'une partie de cette route, d'une distance de 200 m, au lieudit ‘Aïn Khadija', non loin de la brettelle desservant l'accès à la municipalité de Mers El Kébir, qui a été déjà touchée par des travaux de réhabilitation au cours du mois de décembre 2014, pour cette même raison. Des travaux de bitumage et de gainage ont, en effet, été effectués sur cette partie de la route, qui ont finalement nécessité plus de temps que prévu et ce, en raison d'un sol accidenté. D'autre part, des glissières de sécurité viennent d'être installées sur la route de la Corniche supérieure, notamment sur les virages dangereux et ce, pour offrir un maximum de sécurité aux usagers de ce tronçon routier, qui connaît un considérable rush de vacanciers au cours de la saison estivale. En effet, selon le constat établi sur le terrain par ‘Le Quotidien d'Oran', ces murettes de protection, dont l'installation a été longuement revendiquée par les habitués de ce axe routier, a suscité l'approbation et le soulagement des usagers. Il importe de rappeler que cette route sinueuse, serpentant au pied de la montagne Murdjadjo, qui était tapissée de nids-de-poule et autres crevasses, depuis l'époque coloniale, a été transformée en une double voie au terme d'un grand projet d'aménagement. Des aires de stationnement d'urgence, offrant une splendide vue d'ensemble sur le paysage de la daïra d'Aïn El Turck, ont également, été réalisés en parallèle.

Notons que l'utilisation de la dynamite a été nécessaire pour creuser dans la falaise et ce, dans le but d'élargir la chaussée trop étroite. Les travaux de restauration se sont étendus jusqu'à la bretelle desservant le village Filaoucène, communément appelé ‘El Qaria', sur le territoire de la municipalité de Bousfer et l'accès ouest du chef-lieu de la daïra d'Aïn El Turck. Ce petit axe routier, n'ayant jamais fait, auparavant, l'objet d'une quelconque opération de restauration et, qui se trouvait, par conséquent, dans un état plus que lamentable, a été, également, transformé en une double voie.

L'opération de réhabilitation de la chaussée a, ainsi, permis d'éradiquer le virage à épingle à cheveux, aboutissant sur la route menant à El Qaria, un véritable angle mort qui a été à l'origine d'un nombre indéterminé d'accidents de la circulation.

Des travaux d'installation de l'éclairage public ont ciblé, aussi, cette brettelle et le chemin de wilaya reliant ‘El Qaria' à la municipalité de Bousfer. Selon une source proche de ce dossier, un apport d'un montant de 3 milliards de centimes a été dégagé pour financer ce projet. Notons que cette petite route était dépourvue d'éclairage public et les automobilistes devaient allumer les phares de leurs véhicules pour percer l'obscurité ambiante dans cette zone de ladite daïra.