Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Etat civil de la commune d'Oran: Près de 25.000 ‘S12' délivrés et près de 12.000 annulés en 2017

par J. Boukraa

Les services de l'état civil de la commune d'Oran viennent de battre tous les records, pendant l'année passée. Considéré comme le plus important à l'échelle nationale, l'état civil de la commune d'Oran a délivré, en 2017, quelque 24.804 actes de naissance ‘S 12' et 11.928 ont été annulés, pour changement de situation familiale ou pour des erreurs de transcription. Aussi quelque 1.568 cas de divorce ont été enregistrés, en 2017 contre 9.640 actes de mariage.

Les mêmes services ont enregistré 19.430 naissances et 5.186 décès. L'état civil de la ville d'Oran a, aussi, procédé à la régularisation de 97 cas de filiation et 7 cas de négation de paternité. Ces cas concernent des personnes qui avaient procédé, par l'entremise, parfois de subterfuge, à donner leur paternité à des enfants qui sont nés soit hors-mariage ou parce qu'ils n'en n'avaient pas et leur désire d'être parent avait pris de dessus à un certain moment. Mais avec les années, ils avaient changé d'avis et ont enclenché des procédures judiciaires afin de rétablir les choses dans leur contexte. Ces services ont, également, procédé à la régularisation de 35 cas d'octrois de patronyme à leurs enfants nés de mariages religieux et où aucun acte administratif n'avait été établi.

Notons que l'année passée, pas moins de 58 cas de ‘kafala' avaient été traités par les services de l'état civil de la commune d'Oran. Ce chiffre a augmenté, depuis l'année 2016. En effet, depuis quelques années, le service de l'état civil a connu d'importantes reformes.

Le programme de décentralisation des retraits des documents administratifs d'état civil, lancé par le gouvernement, tend vers une meilleure prestation de service. Cette stratégie est initiée au titre des réformes engagées en faveur du développement des infrastructures publiques. La nouvelle politique du gouvernement vise aussi à concrétiser le projet de « la commune électronique » sans papier et à l'élargir, à toutes les administrations. Elle vise, aussi, la numérisation de l'ensemble des registres de l'état civil et la mise en place du registre national automatisé de l'état civil. Ainsi le citoyen obtient instantanément ses documents d'état civil, à partir de n'importe quelle commune ou antenne administrative du territoire national. Il n'a plus besoin de se déplacer au lieu de transcription de naissance, de mariage ou de décès pour retirer ces documents.