Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Constantine - A quand une Maison de l'Artisanat ?

par A. Mallem

«Constantine est la première wilaya qui avait bénéficié d'un projet de Maison et Musée de l'Artisanat. Mais localement, les autorités ont passé des années à chercher l'endroit adéquat pour le réaliser et lorsqu'il fut trouvé, le projet a été bloqué au ministère des Finances. Résultat, Constantine est restée la seule wilaya qui ne possède pas un tel édifice », nous a déclaré hier, M. Benarab, directeur de la Chambre des Arts et Métiers (CAM) de Constantine. Notre interlocuteur dira que pourtant la wilaya possède le plus grand nombre d'artisans et est considérée comme un pôle d'excellence en matière d'artisanat. Selon lui, aujourd'hui, Constantine compte un peu plus de 20.000 artisans inscrits, dont plus de 16.000 artisans actifs. Dans ce nombre global on compte plus de 5.000 artisans versés dans l'artisanat traditionnel. « Car, il faut considérer, a précisé le directeur de la CAM, qu'il y a l'artisanat d'art, l'artisanat de production et l'artisanat de service. Et le premier représente 28 % de l'ensemble.

Aussi, ajoute M. Benarab, une telle proportion ne se trouve nulle part, ailleurs, dans les autres wilayas où les pourcentages vont de 5 % à 10 % et jusqu'à 15% au maximum.

Malheureusement, a-t-il déploré, en dépit de toutes ces données chiffrées, avantageuses, Constantine ne possède pas de Maison de l'Artisanat. Et révéle qu'actuellement la CAM déploie de grands efforts pour faire en sorte de réaliser un tel projet. « Pourtant, on se souvient que les autorités nous avaient promis de nous octroyer les locaux des anciennes ‘Galeries Algériennes', située à la rue Didouche Mourad (ex-rue de France), mais le chantier de confortement et de restauration, lancé dans ces locaux perdure toujours et semble n'en plus finir. Et plus récemment, on nous a promis de nous octroyer les 260 locaux destinés à l'Artisanat qui ont été construits, dans la nouvelle ville Ali Mendjeli, mais ce projet, non plus, n'a pas vu le jour. Pourtant si on nous avait attribué ces locaux cela nous aurait permis de faire une première en Algérie : un village entier dédié à l'Artisanat qui regrouperait tous les artisans et deviendrait un pôle d'excellence pour ces métiers dans lesquels excelle notre wilaya. Cela aurait même constitué un très bon circuit touristique », a-t-il conclu, non sans regret.