Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Constantine - Une caravane pour célébrer Youm Echahid

par A. M.

  Dans le cadre de la célébration de Youm Echahid (la Journée du martyr) du 18 février prochain, l'association nationale de la préservation de la mémoire et la diffusion du message des Chouhadas a lancé une sorte de caravane qui porte le slogan: «Préservation de l'identité nationale, pour une Algérie sécurisée, stable et forte ».  

Cette caravane qui en est à sa troisième édition, est en train de sillonner les wilayas pour organiser des activités culturelles, artistiques et historiques et pour sensibiliser les jeunes sur les fléaux sociaux. Elle va durer du 8 au 18 février et s'arrêter dans chaque wilaya, au chef-lieu de celle-ci, pour développer ses activités. M. Khediri Abdelkrim, président de l'organisation, que nous avons rencontré hier à Dar El Imam de Souk-El-Asser de Constantine, nous a raconté le périple effectué jusqu'à présent par la caravane qui a commencé par la wilaya de Bordj-Bou-Arreridj le jeudi 8 février, puis dans les wilayas de M'sila et Bouira, a poursuivi notre interlocuteur.

« Aujourd'hui, nous sommes dans la wilaya de Constantine, a indiqué M. Khediri, pour proposer trois conférences, dont la première porte sur l'agression contre le patrimoine culturel, notamment islamique et archéologique durant la période coloniale allant de 1830 à 1962, et l'entreprise d'évangélisation lancée par les hommes religieux venus dans le sillage du colonialisme, par Mgr.

Lavigerie, Antoine Dupuch, etc. Nous avons choisi Constantine à cause de son patrimoine culturel très riche, notamment des sites religieux et historiques ». Ensuite, nous comptons aller vers la wilaya de Batna pour une activité théâtrale que nous déploierons en collaboration avec l'office national des œuvres universitaires et l'université Hadj Lakhdar de Batna et l'université de Fesdis. Dans cette conférence qui a retenu l'attention d'un auditoire nombreux, le conférencier a donné des chiffres et des informations sur l'action destructrice de la colonisation. Il dira notamment qu'en 1871, le nombre des zaouïas et écoles coraniques que comptait l'Algérie était évalué a environ 20.000 et celles-ci formaient 28.000 élèves chaque année. Mais ces institutions religieuses ont subi de multiples agressions tendant à les faire disparaître.

Les mosquées ont été détruites ou transformées en églises, en grands magasins. La mosquée de la Casbah de Constantine a été transformée en église de la Sainte-Croix, la mosquée d'Essayida fut totalement détruite, la mosquée Ketchaoua d‘Alger a été transformée en cathédrale après que l'armée française a massacré les 4.000 fidèles qui s'y sont retranchés et refusaient de l'évacuer, la mosquée Souk Leghzel de Constantine qui a été transformée elle aussi en cathédrale, etc.

Et dans cette entreprise d'effacement de l'identité du peuple algérien, 349 zaouïas ont été détruites et leurs biens ont été accaparés.