Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Protestation des étudiants à l'appel de l'UNEA d'Oran: Les accès de la Faculté des langues fermés

par Houari Barti

  Les étudiants de la Faculté des Langues étrangères de l'Université Oran ‘Mohammed Benahmed' n'ont pas pu rejoindre, hier, leurs bancs de classe, à cause d'un mouvement de protestation, lancé par la section locale du l'Union nationale des étudiants algériens (UNEA).

L'Organisation estudiantine a, en effet, procédé, dès les premières heures de la journée, à la fermeture pure et simple des deux accès de la Faculté, empêchant, ainsi, étudiants mais aussi enseignants et personnels administratifs de rejoindre leurs postes respectifs. Dans un communiqué, diffusé hier, l'UNEA justifie ce mouvement par la «persistance, depuis la rentrée universitaire 2017-2018, soit près de six mois, de problèmes d'ordre organisationnel et managérial».

Parmi ces derniers, résumés en 10 points, l'on note : «le manque de personnels chargés de la sécurité, à l'intérieur de la faculté, l'absence de coordination entre les différents services, ce qui pénalise, en premier lieu, les étudiants, les retards dans la remise des diplômes, le manque d'effectifs administratifs, plus particulièrement dans les départements de l'anglais et l'Allemand, en plus de l'absence, à ce jour, du chauffage et de l'Internet», entre autres. Une situation qui, note-t-on, trouve son origine, essentiellement, dans le fait que la Faculté ait déménagé, à l'occasion de cette rentrée universitaire 2017-2018, à ses nouveaux locaux à Belgaïd, dans des conditions qu'on pourrait qualifier de particulières. En effet, si les gros travaux ont été, bel et bien, finalisés en septembre dernier, la Faculté attendait toujours d'être branchée aux réseaux électrique, de gaz, d'AEP ou encore d'Algérie Télécom. Des retards qui, rappelle-t-on, ont nécessité l'implication de l'ensemble des concessionnaires de réseaux ainsi que des services de la direction des Équipements publics (DEP) de la wilaya, sur instruction du wali d'Oran pour venir à bout de ces problèmes.

Depuis près d'un mois la Faculté est alimentée, normalement, en eau et énergie électrique après la réception et la mise en fonction du transformateur haute et moyenne tensions. Reste, cependant, à régler le problème de l'alimentation en gaz et celui de la connexion au réseau téléphonie/internet qui sont toujours en voie d'être réglés. S'agissant du problème du manque de personnel, le doyen de la Faculté, M. Seddiki Aoussine s'est dit confiant, après le lancement d'une opération de recrutement qui vise à combler le manque en personnels que connaît la faculté, dans certains services. M. Seddiki affirme par ailleurs, «favoriser toujours les voies du dialogue avec les représentants des étudiants», avec lesquelles une réunion devait se tenir, à midi, en vue de trouver un terrain d'entente qui «permettrait à la faculté de dépasser, avec succès, cette période de transition.»