Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Enième effondrement partiel au 39 rue de Wagram (Derb): Des familles sinistrées attendent un relogement depuis 50 ans

par D. B.

  Un nouvel effondrement partiel a été enregistré à la rue des Frères Hamida (ex rue de Wagram) à Haï Derb. Les dix familles habitant une bâtisse, au 39 de la même rue, ont vécu un véritable cauchemar, lorsque la passerelle reliant les appartements aux escaliers, s'est effondrée causant la blessure d'un des habitants. Sur place, le constat et effarant, cette bâtisse de deux étages ne tient qu'a un cheveu.

« Heureusement que l'effondrement a eu lieu au moment où les enfants étaient à l'école. Un véritable drame a été évité de justesse», assure un habitant de la bâtisse, un immeuble de deux étages, datant de l'ère coloniale et qui a été déclaré menaçant ruine. Les familles occupant les lieux, depuis plus de quatre décennies, ont peur de se retrouver, aujourd'hui, à la rue ou sous les décombres. Notre interlocuteur affirme qu'il s'agit du deuxième effondrement, durant ce mois. «Une première partie de la bâtisse s'est effondrée, il y a quelques semaines», assure la même dame. « Nous avons, à maintes reprises, interpellé les responsables de la commune pour se pencher sur notre situation mais nous n'avons reçu aucune réponse», assurent les familles sinistrées qui signalent, au passage, le peu d'espace qui reste de cette bâtisse menace de s'effondrer à tout moment et d'emporter avec lui les occupants des lieux. «Le 25 janvier dernier les services de la protection civile se sont déplacés sur les lieux après un effondrement partiel et ont constaté l'état de délabrement très avancé de la bâtisse qui nécessite d'être évacuée en urgence», assure un autre habitant de l'immeuble qui signale que la majeure partie des habitants de Haï Derb ont été relogés alors que ces familles n'ont toujours pas quitté les lieux malgré la menace qui plane sur leur tête. «Malgré les nombreuses correspondances adressées à tous les services concernés, nous n'avons toujours pas reçu de pré-affectation ou des promesses d'un relogement» assurent les habitants de la bâtisse. Hier, la peur se lisait sur les visages las des occupants. Ces derniers craignent, vraiment, pour leur vie.

Dans un appel de détresse lancé aux pouvoirs publics et à leur tête le wali d'Oran, ces familles ont demandé de l'aide pour éviter de se retrouver sous les décombres. « Cette bâtisse risque de s‘effondrer, à tout moment emportant dans sa chute toutes les familles», signalent nos interlocuteurs. Il y a lieu de signaler que la wilaya d'Oran a consacré plus de 6.000 logements pour les familles habitants le vieux bâti. Dans le quartier de Mediouni, de nombreuses familles ont été relogées, dernièrement, alors que d'autres attendent, toujours, avec le risque imminent d'effondrement.