Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Avenue d'Arcole, Gambetta, Usto, les Arcades…: Les espaces publics squattés par les marchands informels libérés

par J. Boukraâ

La lute contre le commerce informel, un des fléaux nationaux, est pris au sérieux, par les pouvoirs publics à Oran dont la Sûreté de wilaya. Dans ce cadre, ses services de sécurité publique viennent d'éradiquer un des marchés les plus connus. Au grand bonheur des citoyens et aussi des automobilistes, la police vient de déloger les marchands de fruits et légumes qui s'étaient installés, de manière illégale sur l'extension du tracé du tramway d'Oran, vers la localité de Belgaid. Cette opération a permis de saisir une grande quantité de poisson proposé à la vente, dans des conditions irrespectueuses des règles les plus élémentaires de salubrité et d'hygiène. Egalement, plusieurs véhicules de transport servant comme étals de vente, ont été mis en fourrière selon les lois en vigueur. Notons que cette action s'inscrit dans la continuité des opération visant à libérer l'espace public et les trottoirs squattés par des commerçants informels, tels que l'avenue d'Arcole à Gambetta, à l'USTO, les arcades, au centre-ville, encombrées par des vendeurs à la sauvette. Plusieurs mesures ont été prises dans, le cadre d'un grand plan d'organisation des marchés et de lutte contre l' informel, lancé depuis 2010... Dans ce cadre, la wilaya d'Oran a bénéficié de la réalisation de 23 marchés de proximité ( marchés parisiens ) dont 20 ont été réceptionnés. Des opérations d'aménagements de marchés couverts ou la réalisation d'espaces commerciaux pour moderniser les villes et concrétiser l'option des marchés de proximité ont, aussi, été menées mais ces espaces demeurent, désertés par les commerçants. Depuis 2009, les communes de la wilaya d'Oran ont bénéficié de plusieurs marchés parisiens et ce sont des sommes faramineuses qui ont été dépensées pour ces marchés couverts, désertés finalement par des commerçants qui ont préféré, plutôt le commerce informel, devenu, de plus en plus, florissant. Devant cet état de faits les responsables locaux ont décidé de radier les noms des commerçants qui n'ont pas occupé leur box dans les marchés couverts afin de les attribuer à d'autres commerçants. Selon un dernier recensement effectué par la direction générale de la Régulation et de l'Organisation des activités au ministère du Commerce, une trentaine de marchés informels ont ressurgi, dans la wilaya d'Oran, l'année dernière. Le commerce informel, de toute nature que ce soit, ne semble pas aller vers l'éradication que souhaitaient les pouvoirs publics, dans leurs diverses actions pour endiguer le phénomène. L'occupation illicite de l'espace public a, depuis des années, constitué un véritable casse-tête pour les autorités publiques de la cité oranaise, différentes tentatives ont été initiées, mais le résultat est en-deçà des attentes. Après les multiples opérations de chasse effectuée l'année dernière, des tables d'étalage et autres illicitement installés, à travers les communes ont refait surface.