Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Blida: Yennayer, sur un air de fête officielle

par Tahar Mansour

Depuis des siècles déjà, les Algériens célèbrent le nouvel an amazigh qui correspond au 12 janvier de chaque année du calendrier solaire. Si certaines régions l'appelaient Yennayer, d'autres disaient ‘El Aâm', c'est-à-dire l'An, en faisant illusion à l'arrivée d'une nouvelle année. Ce sont alors des plats succulents concoctés par nos mères et grands-mères, le ‘Trèze' (mélange de bonbons, de chocolats, de noix, noisettes, glands, chocolat, cacahuètes) acheté au kilo autour duquel les familles réunies se rassemblent après le diner pris en commun et qui termine la soirée accompagnée de thé. Cette année, ce sont des festivités officielles qui ont marqué cet évènement national et qui est, dorénavant, considéré comme fête nationale chômée et payée. A Blida, comme partout ailleurs, des festivités diverses, comme des sorties, des expositions, des rencontres et des conférences ont été organisées par les autorités locales, à travers l'ensemble du territoire de la wilaya, ravivant le sentiment d'union du peuple algérien et lui rappelant ses traditions séculaires, qu'il n'a d'ailleurs pas complètement oubliées, et lui faisant vivre la joie des rencontres et des communions, dans un climat fait d'amour, de compréhension et d'entraide.

Le secrétaire général du HCA (Haut-Commissariat à l'Amazighité), M. Si El Hachemi Assad, a tenu à accompagner les Blidéens dans leur fête en faisant le déplacement et en assistant à plusieurs activités. En marge de cet évènement, M. Assad a annoncé que le Premier ministre a réuni, lundi passé, les ministres de l'Education, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, de la Formation professionnelle ainsi que le SG du HCA afin de concrétiser, sur le terrain, les orientations du président de la République visant la généralisation de la langue amazighe. Parmi les décisions prises, lors de cette réunion, l'accord du gouvernement pour consacrer un budget destiné au recrutement de 300 enseignants de langue amazighe aux élèves du primaire. «Ainsi, nous nous dirigeons vers la promotion et la généralisation de l'enseignement de la langue amazighe qui est déjà effective, dans 38 wilayas du pays et nous comptons, donc, intégrer les 10 wilayas restantes au cours de l'année 2018» a aussi, déclaré le SG du HCA.

La création d'une Académie de la langue amazighe a été décidée par le Conseil des ministres restreint et a fait l'objet d'un avant-projet de loi organique qui sera présenté au Parlement pour adoption, a, en outre annoncé M. Assad, lors de son intervention. Il annonce, aussi, que lors de la célébration du centenaire de la naissance de Mouloud Mammeri, à Timimoun, le HCA a mis en place une commission d'experts chargée d'accompagner les ministères pour la rédaction de documents en langue amazighe comme il est prévu, aussi, la rédaction de plaques de signalisation dans les transports, en commun ainsi que la rédaction de factures d'électricité et d'eau en amazigh.