Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Pour anticiper les effets de la nouvelle loi sur les entreprises et la consommation des ménages: Séminaire national sur la LF 2018 et ses répercussions sur la vie économique

par S. M.

«Les nouvelles dispositions introduites par la loi de finances 2018 et ses répercussions sur la vie économique» est le thème principal d'un séminaire national, qui se tiendra mercredi 10 janvier en cours à Oran, pour informer les opérateurs économiques et anticiper les effets de ce nouveau texte de loi sur les entreprises et la consommation des ménages. Des experts en économie et en finances animeront des ateliers durant ce séminaire et lors desquels ils devront éplucher la loi de finances 2018 qui a notamment instauré des mesures drastiques pour pallier au déficit budgétaire et faire face aux impacts de la baisse des recettes énergétiques. La loi de finances 2018 a introduit de nouvelles dispositions législatives à caractère commercial et économique dans le but de générer des ressources supplémentaires au budget de l'Etat.

Les deux mesures les plus importantes de cette loi de finances sont la révision à la hausse pour la deuxième année consécutive des prix du carburant et la majoration de la taxe sur la consommation interne à 30% sur les produits importés et dont les équivalents sont fabriqués localement. Le prix de l'essence normale est ainsi passé à 38,95 DA/litre (contre 32,69 DA en 2017), celui de l'essence super à 41,97 DA/litre (contre 35,72 DA en 2017) et celui de l'essence sans plomb à 41,62 DA/litre (contre 35,33 DA). Le prix du gas-oil a augmenté de deux dinars pour atteindre 23,06 DA/litre (contre 20,42 DA en 21017). Cette révision des prix du carburant a été décidée dans l'article 33 de la loi de finances qui a introduit une augmentation de la taxe sur les produits pétroliers (TPP) de 5 DA/litre pour l'essence et de 2 DA/litre pour le gasoil. Le gouvernement escompte de l'augmentation de la TPP des recettes supplémentaires de plus de 60 milliards DA en 2018.

Cette rencontre organisée par l'institut international de management (INSIM) sera en fait consacrée à l'examen de trois thèmes : les chocs externes que subit notre pays, le plan de consolidation budgétaire s'étalant de 2017 à 2019 et la participation de l'Algérie à la reconstruction des ressources de l'Association internationale pour le développement (AID). Ce séminaire qui se tiendra à l'hôtel Eden Phœnix va revenir sur les conditions d'élaboration de la LF 2018 et en particulier l'effondrement progressif des prix du baril et la chute libre de la valeur de la monnaie national. Il sera aussi question d'expliquer en détail les nouvelles mesures visant la recherche de l'équilibre budgétaire (hausse de plusieurs taxes, introduction de nouveaux impôts, financement par emprunt non conventionnel…).