Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Constantine - 8.697 cas réglés sur 31.169 dossiers: La régularisation des logements vendus en pas-de-porte ne fait pas recette

par A.E.A.

L'opération de régularisation des logements de l'Opgi achetés, selon la formule du «pas de porte», n'a pas connu le résultat escompté et seuls 8.697 dossiers, sur un ensemble de plus de 31.000 ont été traités et régularisés jusqu'au 30 du mois de septembre dernier, sachant que le délai de rigueur en la matière est fixé pour ce 31 décembre 2017. Selon le chef de département «gestion du patrimoine immobilier» de l'Opgi, M. R. Baghdadi, «au regard du peu d'intérêt que l'opération a suscité auprès des concernés et étant donné le délai fixé par décret, à cette dernière, en vue d'une régularisation, tous les cas pendant risquent l'expulsion, pure et simple. Il est dommage, poursuit-il, d'en arriver là et moi personnellement qui suis chargé, directement, de ce dossier, je regrette que l'écho à cette opération ait été plutôt timide et que l'opportunité qui a été donnée aux concernés n'ait pas rencontré l'intérêt qu'elle mérite». Et d'indiquer que deux décrets exécutifs traitent de cette régularisation englobant un patrimoine cessible, d'avant 2004 et estimé à 31.169 unités de logements. Mais seuls 8.697 concernés se sont manifestés et régularisé leur situation, au 30 septembre 2017.

«En considération que le délai ultime de l'opération en, question est fixé au 31 décembre en cours, ces retardataires vont connaître des moments difficiles. Car nous, à l'Opgi, le service contentieux est mobilisé, et nous avons préparé tous les moyens matériels et humains, appuyés par des textes de lois, pour qu'à partir du 1er janvier 2018 l'Office passe aux sanctions. Bien évidemment, cela sera, surtout dans le cas de la non prolongation du délai, et nous allons sortir en direction des récalcitrants avec des sanctions qui peuvent aller jusqu'à l'expulsion manu militari». Et de faire savoir que «tous ces cas sont recensés chez nous, nous les connaissons et nous les avons visité, auparavant et leur avons remis en main les décrets portant régularisations des cas de ‘pas de porte'. Nous avons, ainsi, 09 unités dans la wilaya et chacun des chefs d'unité, dira-t-il, a une connaissance parfaite et exhaustive du patrimoine de logements ‘Opgi' existant dans son secteur. C'est dire que personne ne pourra passer entre les filets, dans le cas où il faudra sévir», conclura-t-il.