Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Constantine - Cité «Twifez»: Neuf familles attendent leur relogement

par A. El Abci

Les 16 familles de la cité ‘Twifez' (ferme Abid), située en face de la Station de radio et télévision algérienne (RTA), au quartier le Ciloc, qui avaient tenu un sit-in devant le cabinet du wali, sans être reçues, l'ont été finalement, hier, par le biais de leur président de comité de quartier.

Selon ce dernier, M. Arbaoui, «nous sommes en tout et pour tout 16 familles habitant dans des maisons précaires et menacées de glissements de terrain de la cité ‘Twifez', au Ciloc, en face de la station RTA, programmées ,le 11 juillet dernier, pour un relogement à l'Unité de voisinage n°20, de la nouvelle ville de Ali Mendjeli, mais neuf familles n'ont pas été relogées». «On nous avait demandé de préparer nos affaires la veille, car le jour ‘J' le transfert débutera très tôt dans la matinée. Alors que toutes les familles concernées ont suivi à la lettre ces conseils, nous avons été pris de cours en voyant que seules sept familles se sont vu remettre les clés et conduites à l'UV 20 de la nouvelle ville. Devant nos questionnements et protestations, il nous a été répondu que notre tour est programmé pour le lendemain, 12 juillet, et que les évacuations n'ont concerné que sept familles, pour cause du délabrement avancé de leurs maisons qui menacent ruine à tout moment et c'est pourquoi elles ont eu la priorité. Mais cela fait plus de deux mois, maintenant que nous attendons, abreuvés, uniquement, de promesses que notre tour viendra.

En tout cas et en attendant, les neuf familles «oubliées» de l'opération de relogement de ce mois de juillet 2017, se souviendront longtemps du mois de juillet 2011 où les membres de leur comité de quartier avaient signé, à la période, le fameux contrat programme, liant les habitants de la cité et les autorités locales, et ce, du temps où le ministre de l'Intérieur actuel, Bedoui, était wali de Constantine», dira-t-il. Et de souligner les rêves provoqués auprès des concernés mais qui ont été brisés.

M. Arbaoui a été reçu par le nouveau chef de cabinet qui a demandé de lui donner un délai d'une semaine pour étudier le dossier et donner une réponse précise.