Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Ils dénoncent les retards «flagrants» dans la livraison de leurs logements: Sit-in des enseignants universitaires devant la wilaya

par D. B.

Les enseignants de la ville universitaire bénéficiaires des 150 logements à Bir El Djir (POS 49 Oran), ont organisé, dans la matinée d'hier, un sit-in de protestation devant le siège de la wilaya d'Oran. Selon les représentants des enseignants, le recours à la protestation a été décidé à l'unanimité pour dénoncer les retards dans la livraison des logements de fonction aux bénéficiaires qui attendent, depuis plus d'une décennie.

Le pire, selon les protestataires, c'est que les enseignants paient leur loyer depuis plus d'une année, alors qu'ils n'ont, toujours pas, bénéficié de leur logement. «Nos logements ont été achevés, mais à chaque fois que nous nous rapprochons des responsables concernés, on nous sort le problème du chantier inachevé à cause des VRD», assure un représentant des enseignants qui signale, au passage, qu'il est inconcevable de payer un loyer, alors que le logement n'a toujours pas été attribué.

Dans une correspondance adressée au wali d'Oran, les enseignants protestataires ont tenu à exprimer leur mécontentement quant au retard flagrant des services concernés pour l'achèvement et la réception du projet. «Comme vous le savez M. le wali, les 150 logements font partie d'un projet présidentiel qui date de juillet 2007 et dont les premiers travaux ont commencé en décembre 2012 et jusqu'à ce jour il n'a, toujours, pas été réceptionn酻 lit-on dans cette correspondance.

Dans cette même lettre, les protestataires signalent, au wali d'Oran, qu'ils ont constaté «avec inquiétude» que les travaux avancent à une cadence très faible. «Dans ces conditions et au vu des perturbations récurrentes qui ont tant duré, l'ensemble des enseignants ont décidé d'exprimer, légalement, leur mécontentement par la tenue de ce sit-in, devant la wilaya», poursuit la même correspondance. Pour conclure, les bénéficiaires des 150 logements affirment que ces faits en suscité, en eux, un sentiment de déception et de contrariété. «Ils nous laissent penser, aussi, que le labeur et l'investissement qu'on s'efforce d'entreprendre, pour l'intérêt de notre cher pays, n'est pas pris en compte. M le wali, ce que nous espérons aujourd'hui c'est une intervention de votre part afin que les logements de fonction des enseignants universitaires soient livrés dans les plus brefs délais», conclut la correspondance des enseignants universitaires.