Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Sécurité routière: Le permis à points pour la fin de l'année

par Yazid Alilat

  Le permis à points devrait être prêt vers la fin de l'année, a indiqué hier mercredi M. Ahmed Naït El Hocine, directeur général du Centre de prévention de la sécurité routière, selon lequel le nombre des accidents de la route a baissé durant les sept premiers mois de 2017. Le très attendu permis à points devrait être prêt vers la fin de l'année, a-t-il ajouté à la radio nationale. ‘'Il y a un travail, qui est mené par une commission pour finaliser le fichier national des permis de conduire'', a-t-il dit, avant de préciser que ‘'nous sommes arrivés à mettre en place un fichier national (des permis de conduire). C'est une avancée notable, en plus, il y a le travail de constitution d'un fichier national des immatriculations. Et tous ces dossiers devront être terminés vers la fin de l'année''.

Pour autant, M. Naït El Hocine a relativisé en indiquant que ‘'par rapport à l'échéance pour la fin de l'année, il peut y avoir un dépassement de délai, mais il ne sera pas énorme''. ‘'Nous sommes satisfaits du travail mené jusqu'à l'heure actuelle'', a-t-il encore souligné. Par ailleurs, sur le bilan des accidents de la route, il a indiqué que durant les sept premiers mois de 2017, ‘'nous sommes dans une baisse constante avec 14.904 accidents, soit une baisse de 14% par rapport à la même période en 2016''. Les cas d'accidents de la circulation ayant entraîné des décès sont également en baisse de 13,19%, et ‘'c'est 317 personnes qui ont échappé à la mort'', estime M. Naït El Hocine selon lequel le nombre de blessés a également baissé de 18% durant la même période. ‘'Il s'agit de résultats très encourageants, suite à des efforts considérables menés par les différents partenaires dans la sensibilisation et l'information sur les accidents de la route''.

Globalement, il y a eu une baisse de la mortalité de 13,9%, ‘'mais ce ne sont pas des résultats satisfaisants, car la facture humaine est importante, et nous sommes constamment en campagne de sensibilisation pour éviter ces drames'', a rappelé M.Naït El Hocine, qui a annoncé le lancement de la campagne de prévention routière coïncidant avec la rentrée scolaire. D'autant que ce sont les jeunes conducteurs qui sont le plus impliqués dans les accidents de la circulation, dont les détenteurs de permis de conduire de moins de deux ans avec 35% des automobilistes impliqués dans les accidents de la route, et 50% de la catégorie de conducteurs de moins de cinq ans. En 2016, il y a eu plus de 3.718 morts et 41.544 blessés dus aux accidents de la route, soit dix morts par jour. Le coût des accidents de la route est estimé entre 1 et 3% du PNB du pays et plus de 1% de son PIB, selon des chiffres de l'ONU.

Quant aux motocycles, ils sont impliqués par ailleurs dans 12,2% des accidents de la circulation, avec 1.485 accidents au premier semestre 2017. ‘'C'est un phénomène émergent'', estime-t-il, car le parc des motos et motocycles ne représente que 0,5% du parc de véhicules. Les transports en commun représentent quant à eux 2% des accidents et les excès de vitesse 25% de ces accidents de la circulation, a expliqué M. Naït El Hocine, selon lequel ‘'dans la future délégation nationale à la sécurité routière, il y aura surtout l'aspect formation et un examen crédible pour permettre au seul candidat ayant des capacités pour accéder au permis de conduire''. ‘'Nous voulons replacer le permis de conduire aux standards internationaux et rendre crédible cet examen de permis de conduire'', insiste le directeur général du Centre national de prévention de la sécurité routière. Car, pour lui, il est impératif ‘'d'aller vers un système automatisé pour évaluer totalement le candidat, car le système actuel permet la complaisance (dans l'obtention du PC, NDLR), et le recours au système automatisé va éviter cela''. En outre, il a annoncé que les statistiques des examens seront rendues publiques et les autoécoles seront classées selon les résultats de leurs candidats.

Par ailleurs, M. Naït El Hocine a indiqué que la nouvelle délégation nationale à la sécurité routière devrait être mise en place vers la fin de l'année et ‘'va gérer et définir le texte de la sécurité routière en Algérie. La loi va être incessamment mise en place et rendre opérationnelle cette structure avant la fin de l'année.''

Par ailleurs, il a annoncé la mise en place prochaine d'un système automatisé de gestion et de régulation de la circulation dans la capitale, avec la priorité à 200 carrefours à Alger. ‘'Ce système va être généralisé dans les grandes villes du pays, et la priorité sera donnée là où il y a congestion de la circulation'', a-t-il expliqué. ‘'Il y aura un nouveau système de traitement de la circulation par un système intelligent, mais qui n'est pas encore opérationnel et le sera à la fin de l'année'', précise M. Naït El Hocine.