Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Visite du wali à Misserghine: Les chantiers du nouveau pôle urbain passés au peigne fin

par Houari Saaïdia

  Le nouveau pôle urbain Oran-ouest, à cheval entre Aïn El-Beïda et Misserghine, était l'objet d'une visite de travail et d'inspection que devait effectuer le wali, hier après-midi. Point principal du circuit programmé : le méga-chantier AADL réparti sur 3 sites totalisant quelque 10.000 logements, soit les 2/3 du programme « location-vente » en faveur de la wilaya. Conçu au temps de Abdelmalek Boudiaf, maturé, étudié et matérialisé sous Abdelghani Zâalane, après une délocalisation imposée d'en haut au nom de la préservation de la vocation agropastorale de Oued Tlélat et du périmètre irrigable de la Mleta, ce pôle urbain -qui a été réduit à sa juste mesure, chemin faisant, en se voyant son ancien intitulé fort prétentieux « ville nouvelle » remplacé par un autre plus réaliste « pôle urbain »- est appelé à poursuivre son essor et à continuer son déploiement sous l'œil veillant de Mouloud Cherif. Après la conception depuis l'état embryonnaire, les études techniques préliminaires puis approfondies, la paperasserie administrative, l'inscription de programmes, les procédures de marché, l'installation des chantiers et le démarrage des travaux, c'est la phase la plus difficile -contrairement à ce qu'on pourrait croire de prime abord- celle de la poursuite et du parachèvement du processus de construction.

Le pôle Oran-ouest en pleine phase construction

S'étendant sur plus de 1.300 ha, ce pôle dont l'étude du POS, à elle seule, a nécessité une enveloppe de 400 millions de DA, est appelée à accueillir une population de 250.000 âmes, à la faveur d'un paquet global de 50.000 logements, dont 10.000 de la formule location-vente, relevant du quota supplémentaire de 13.000 unités AADL accordé en 2016, à la wilaya d'Oran. Outre les structures d'accompagnement, le plan d'occupation des sols a quasiment tout prévu, en matière d'équipements structurants : un hyper-centre d'affaires, 4 parcs jardins, un parc d'attraction, un parc aquatique, un parc zoologique, un complexe sportif, un cyber-parc, 2 tours d'affaires, 4 gares routières et une zone d'investissement. Mieux, des investisseurs dont leurs dossiers techniques, déjà validés, sont sur le point de passer à la réalisation.

On s'en souvient, lors de sa visite à Oran, le 27 janvier dernier, Abdelmadjid Tebboune, alors ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, visiblement convaincu par la pertinence, le degré de maturation et le respect des normes urbanistiques de la ville moderne, dans le cas de ce pôle intégré, il avait exhorté les responsables de ce projet, sous les directives du chef de l'Exécutif local, à « s'inspirer davantage de la ville nouvelle de Sidi Abdallah, qui est un modèle de ville moderne et d'organisation urbanistique harmonieuse sur lequel nous voulons calquer tous nos nouveaux pôles ».

« Certes, avait-t-il ajouté, nous nous concentrons sur ce cas d'espèce de ville intelligente et intégrée, mais le but en est d'offrir un prototype, grandeur nature, pour sortir de la théorie et, surtout, ne pas retomber dans les erreurs des cités-dortoirs à l'image de la ville de Ali Mendjeli… Il faut, dans ce contexte, éviter cet éventuel mauvais clonage. En aucun cas et sous aucun prétexte, la partie logements ne doit dépasser les 25% de la superficie du pôle. Il ne faut pas voir les choses sous l'angle étroit et réducteur du portefeuille foncier ».

Sites de 5.000 logements «zcigc» et de 4.000 unités de «dek-in-son» au menu

Le wali devait se rendre hier, selon nos informations, au chantier des 2.500 unités, formule location-vente, du promoteur Agence de l'amélioration et du développement du logement (AADL), situé aux abords du 4ème boulevard périphérique, à hauteur d'Aïn El-Beïda, daïra d'Es Sénia, confié à l'entreprise chinoise ‘Zhejiang construction investment group corporation' (ZCIGC). Le démarrage des travaux a eu lieu le 1er mars 2014. Un délai contractuel de 28 mois ayant été arrêté, le site devait être livré le 1er juillet 2016. Autre point inscrit sur le programme de visite : le 2ème site de 2.500 logements, à l'entrée supérieure de la cité du Commandant Cherif Yahia (ex-200 logements), aux abords de l'axe reliant la nouvelle route de Aïn El-Beïda, confié à la même entreprise chinoise ZCIGC. Ce 2ème chantier AADL de 2.500 unités relevant d'un programme de 5.000 logements avait été lancé, simultanément, avec le précédent site, pour la même échéance de livraison, juillet 2016. Il y a 8 mois, ce chantier était confronté à un problème relatif au lancement de 12 blocs, soit 240 logements, à cause de l'opposition d'un agriculteur. La situation a pu être réglée, entre temps. Troisième chantier concerné par la tournée du wali : les 4.000 logements de même type, dont le site est implanté aux abords de la rocade, à hauteur de Aïn El-Beïda également, confié à l'entreprise turque D'ek In San' (3 lots de 1.500, 1.300 et 1.200 unités respectivement). Les travaux devaient être lancés le 2 février 2016, pour un délai de 28 mois, soit le 2 juin 2018 comme échéance de livraison. Cependant, le démarrage n'avait eu lieu que plusieurs jours plus tard.