Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Les retraités de l'ANP bloqués aux portes de la capitale: Alger bouclée par les services de sécurité

par Yazid Alilat

La capitale a été pratiquement fermée hier dimanche, avec des accès filtrants à l'est, au sud et à l'ouest de la ville, pour empêcher les retraités de l'ANP d'y entrer et organiser un sit-in devant le siège du ministère de la Défense nationale. Ils étaient plusieurs centaines de membres de la coordination nationale des retraités et de radiés de l'ANP à avoir fait le déplacement vers Alger, où ils devaient se rencontrer et organiser un sit-in ouvert pour sensibiliser les autorités et l'opinion publique sur leurs revendications sociales.

A Beni Messous, sur les hauteurs de la capitale, les services de sécurité ont déployé un important dispositif pour empêcher les membres de la coordination d'atteindre les faubourgs d'Alger, alors que d'autres groupes, en provenance de l'est de la capitale, de Boumerdès notamment, tentaient d'entrer dans la ville, pratiquement quadrillée par un important service d'ordre. Fatalement, des bouchons monstres se sont formés sur les principaux axes routiers de la capitale, provoquant la colère des conducteurs et des passagers des autocars. Selon des témoignages, des centaines de membres de la coordination, souvent accompagnés par les membres de leurs familles, ont démarré tôt dans la matinée de dimanche à partir de plusieurs villes et tentaient de converger vers la capitale.

La plus forte concentration des membres de la coordination des retraités de l'ANP a été observée à Boumerdès, où plusieurs centaines de manifestants jouaient ‘'au chat et à la souris'' pour déjouer le dispositif de sécurité mis en place par la Gendarmerie nationale pour bloquer leur marche. Selon un témoin oculaire, il y a eu à Boumerdès quelques escarmouches entre des gendarmes et des manifestants. L'objectif des membres de la coordination des retraités de l'ANP était d'atteindre la Grande Poste d'Alger, et de là monter vers le ministère de la Défense, où un sit-in était prévu. Le premier grand regroupement de manifestants avait eu lieu à la gare routière de Boumerdès, d'où devait s'ébranler le cortège de bus, qui devait rallier Alger via l'ancienne route nationale, en passant par Boudouaou et Réghaïa. Mais à la gare du Caroubier d'Alger, un imposant dispositif policier bloquait, là aussi, les manifestants et les refoulait, alors qu'à la Grande Poste, ceux qui ont pu l'atteindre, ont été également ramenés vers la gare routière.

D'autres groupes ont été empêchés de sortir de la gare routière du Caroubier, alors que des centaines d'autres étaient en route dans la matinée pour rejoindre le lieu de ralliement, la Grande Poste d'Alger. Sur l'axe autoroutier de Blida menant vers Alger, des barrages des services de sécurité discrets surveillaient la circulation routière. ‘'Toute voiture qui n'était pas immatriculée à Alger ou Blida et qui avait plus de trois personnes à bord, était refoulée et empêchée de continuer sa route vers Alger'', indique un taxieur de Blida. ‘'Nous avons décidé de hausser le ton. Nous sommes décidés de ne pas rentrer chez nous avant l'obtention de tous nos droits'', indique un membre de la coordination nationale des retraités de l'ANP sous couvert de l'anonymat.

Les revendications de la coordination nationale des retraités et des radiés de l'ANP portent sur ‘'la révision à la hausse des pensions de retraite, la revalorisation des primes de blessure, l'octroi des licences de taxi ou café pour les retraités de l'ANP, l'accès aux logements sociaux et lots de terrain, ainsi que la prise en charge médicale de qualité pour les retraités de l'ANP atteints de maladies et autres''. Mardi dernier déjà, des milliers de membres de la coordination avaient manifesté dans plusieurs villes du pays, notamment à Aïn Defla, Batna, Azzaba, Chlef et Mila pour réclamer la satisfaction de leurs revendications sociales par le ministère de la Défense nationale. Ces marches régionales avaient rassemblé des blessés, des handicapés et les membres des familles des soldats de l'ANP tombés au champ d'honneur. Les membres de cette association s'estiment lésés et abandonnés. ‘'Notre mouvement mobilise également les veuves, les parents ainsi que les enfants des éléments de l'ANP tombés en martyrs dans la lutte antiterroriste'', indique un membre de la coordination. A Batna, des membres de la coordination des retraités de l'ANP avaient annoncé mardi dernier que ‘'nous viendrons à Alger avec nos familles et celles de nos collègues tombés en martyrs. Nous allons faire connaître notre souffrance à l'opinion publique nationale''. Hier en fin de journée, la situation était confuse, et on ignorait si la marche était maintenue, en dépit d'un dispositif de sécurité dissuasif de gendarmes et policiers.