Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Malgré les avantages et les facilités accordées: Peu d'engouement des agriculteurs pour les assurances

par J. Boukraa

  Deux nouvelle agences de la Caisse régionale de mutualité agricolen, à Oran, seront ouvertes, cette année, à Béthioua et Bir El Djir. Ces deux infrastructures ont pour but d'offrir tous les services dont les éleveurs et les agriculteurs, en général, ont besoin. La Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) offre ses services, à travers son réseau d'agences d'assurance installé à Gdyel, Oued Tlélat, Ain El-Turck, Missreghin, Boutlelis et les deux nouvelles agences ouvertes , récemment, à Es sénia et Akid Lotfi. L'objectif est d'aider les fellahs à intégrer les mesures de Sécurité préconisées dans le cadre de leurs activités.

L'agriculteur, aujourd'hui, est avant tout un chef d'entreprise, il doit, donc, posséder les mêmes capacités que n'importe quel autre chef d'entreprise, et le contexte concurrentiel dans lequel évolue, désormais, l'Economie nationale, lui impose la connaissance des techniques agricoles, du marketing et de la gestion financière dans son exploitation. C'est dans cet esprit d'accompagnement de l'agriculteur, que les programmes de développement des activités de proximité de la Caisse ont été mises en œuvre par la mutuelle agricole. Cette dernière offre ses services, à travers son réseau, constitué des Caisses régionales de mutualité agricole (CRMA), et de bureaux locaux, à une clientèle composée de la population agricole et rurale et des investisseurs, dans le secteur agricole, dans les domaines des assurances des biens. Toutefois, les Assurances agricoles, n'attirent pas la foule à Oran. Nombreux sont les agriculteurs et éleveurs qui ignorent les bienfaits et les avantages des assurances agricoles, visant à protéger, à l'avance, leurs productions animales et agricoles contre les risques de tout genre, dont les services sont assurés selon les normes internationales. Pour l'année 2016, la CRMA de la région de l'Oranie a réalisé un chiffre d'affaires de quelque 3 milliards de dinars soit 75 % des assurances agricoles, en Algérie.

Le taux de pénétration de l'Assurance agricole est insignifiant alors que le marché connaît un grand potentiel. La situation de l'Algérie est, encore, loin d'être comparable à celle de la France où les agriculteurs et les exploitants sont conscients des risques pouvant compromettre leurs activités. Notons que la mutuelle aide, dans le cadre de l'appui aux programmes d'aide de l'Etat à l'Agriculture p,ermettant d'accompagner les exploitants, dans leurs investissements, la participation au développement considérable des activités économiques, la participation à l'augmentation du nombre de grands projets en Algérie, ces dernières années et les investissements dans le secteur agricole ANEM, ANSEJ, CNAC, l'adhésion de spécialistes pour l'évaluation et la maîtrise des risques (docteurs vétérinaires et ingénieurs agronomes), la participation à l'évolution et l'éveil du besoin des clients en matière d'assurance ainsi que l'assurance des personnes (assurance vie, décès, mixte…), le développement de partenariat, le développement des Assurances, en fonction des nouvelles demandes de couvertures, surtout après la libéralisation de plusieurs secteurs d'activités financières, la création de nouvelles sociétés privées d'assurance qui ont besoin d'un marché plus large, entre autres.