Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Equipe nationale: Une préparation inadaptée

par Kamel Mohamed

C'est hier qu'a pris fin le cycle de préparation de l'équipe nationale pour la CAN-2017, prévue au Gabon du 14 janvier au 5 févier 2015. Ce cycle a été clôturé par un deuxième match amical contre la sélection de Mauritanie au centre technique de Sidi Moussa, à Alger.

La journée d'aujourd'hui devrait permettre aux joueurs de récupérer avant le départ pour le Gabon, demain en début d'après-midi à bord d'un avion spécial. Le stage de l'équipe nationale qui a débuté le 2 janvier à Sid Moussa a été plutôt léger sur le plan de la préparation, dans la mesure où le sélectionneur national, Georges Leekens a préféré ménager les cadres de l'équipe ou ceux qu'il considère comme étant des titulaires indiscutables. Ces derniers ne se sont pas beaucoup entraînés et n'ont pas participé au premier match amical disputé contre la Mauritanie. En somme, ces joueurs ne se sont pas préparés et se sont contentés de la récupération. Leekens a également opté pour la préparation au centre technique de Sidi Moussa, alors que d'habitude, l'équipe nationale se prépare dans un pays limitrophe au pays organisateur de la CAN afin de s'adapter notamment aux conditions climatiques qui y règnent. Aussi, la préparation hors d'Algérie aurait permis aux joueurs de se mettre dans le bain de la compétition et de se concentrer à l'avance sur le tournoi. Leekens a opté pour la préparation à Alger dont le climat est différent en cette période de l'année de celui du Gabon. A Franceville où évoluera l'Algérie, le temps est chaud et les températures varient en janvier entre 27 et 35 degrés avec un taux d'humidité élevé. En ce sens, les joueurs auront du mal à s'adapter à ce climat d'autant plus que l'écrasante majorité de l'effectif de l'équipe nationale vient d'Europe. Lekeens, qui trouve le soleil d'Algérie «merveilleux» en janvier, comparativement au froid glacial de Bruxelles, a donc préféré effectuer la préparation de l'équipe nationale à Alger, oubliant qu'il a une CAN à jouer dans un pays au climat totalement différent. Sur le plan technique, Leekens ne rassure pas du tout dans la mesure où, à quelques jours du coup d'envoi de la CAN, il est toujours en train d'essayer des joueurs et d'essayer différentes variantes tactiques. A travers ses propos, le sélectionneur national a laissé entendre qu'il n'a pas encore trouvé de solution à la défense, le compartiment faible de l'équipe. Il a déclaré qu'il n'est pas là pour apprendre aux joueurs comment défendre ! Il a estimé que tous les joueurs doivent défendre, ce qui explique la présence dans l'effectif des 23 joueurs de neuf défenseurs.

La prestation de l'équipe nationale contre la Mauritanie lors de la première confrontation n'est pas du tout rassurante et convaincante. Cela explique encore une fois les errements de Leekens qui reste indécis quant à l'équipe-type. Pour ce qui est des objectifs, Leekens évite d'en parler. Evasif, il se contente de dire que son objectif, c'est de gagner tous les matches, alors que le contrat signé avec la FAF mentionne noir sur blanc que l'équipe doit atteindre au moins le stade des demi-finales à la CAN-2017. Sur le plan de la discipline, le sélectionneur national est loin d'être ferme et intransigeant. Le comportement des joueurs sur le banc des remplaçants est édifiant à plus d'un titre, lors du premier match Algérie-Mauritanie à Blida. Les smartphones à la main, des joueurs étaient en train de surfer sur le net, alors que leurs coéquipiers disputaient le match sur le terrain. Les remplaçants, en l'occurrence les cadres de l'équipe, donnaient l'impression qu'ils n'étaient pas concernés par le match, ce qui dénote de l'état d'esprit des joueurs au sein de la sélection nationale.

On peut considérer que Leekens était en train de suivre la rencontre et ne s'est pas rendu compte de cette débandade sur le banc des remplaçants. Cependant, ses adjoints auraient pu réagir et remettre à l'ordre des joueurs comme Slimani, Mahrez ou Brahimi qui ne se seraient jamais comportés de la sorte dans leurs clubs respectifs. Autant d'éléments qui n'augurent pas quelque chose de bon pour cette équipe au Gabon…