Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Constantine: Un policier assassiné dans un restaurant

par Abdelkrim Zerzouri

L'attentat meurtrier qui a ciblé, vendredi 28 octobre, aux environ de 19h30, un policier ‘isolé', qui a été tué presque à bout portant dans un restaurant, au quartier ‘Ziadia', au nord/est de la ville de Constantine, casse la longue accalmie qui a caractérisé la situation sécuritaire, ici et partout dans les milieux urbains. Selon des sources concordantes, trois terroristes ont fait irruption dans le restaurant où venait de prendre place le policier, deux resteront près de la porte et le troisième sort un kalachnikov d'un cabas et tire quatre coups de feu, tuant sur le coup, la victime. Puis, les terroristes quittent le restaurant et prennent la fuite en direction de la cité ‘Emir Abdelkader', laissant derrière eux le policier gisant dans une mare de sang.

La victime, un brigadier, était en faction à la 12ème Sûreté urbaine, dont le siège se trouve à près d'une centaine de mètres du restaurant, en question. Rappelons que ces derniers jours, les services de sécurité était en état d'alerte maximum, à la suite d'informations qui ont circulé à propos de la présence, à Constantine d'un dangereux groupe de terroristes, avec à leur tête le chef de katibat ‘El Ghoraba', qui aurait prêté allégeance à l'organisation ‘Etat islamique' (EI). Des sources crédibles confirment cette information, indiquant que ce dernier a rencontré sa mère, qui lui a demandé de se rendre aux services de sécurité, mais il a refusé de le faire.

Le rapprochement entre l'attentat meurtrier commis, dans la soirée du vendredi et la présence de ce groupe terroriste à Constantine n'est pas forcément d'une logique infaillible, mais cela reste une piste probable. Dans ce contexte, en matière de probabilités, on apprendra qu'une alerte faisant état d'un risque élevé «d'attentats individuels» a été donnée depuis quelques jours. Les terroristes, étant dans l'incapacité de commettre des attentats de grande ampleur, ont pris option pour commettre des attentats individuels ou liquidation physique de cibles isolées.

Dans ce cadre, tous les quartiers de la région nord-est de la ville se trouvent bouclés par un dense maillage sécuritaire, depuis vendredi, en début de soirée et jusqu'à l'heure où nous mettons sous presse.

Notons que la victime, âgée de 43, qui a déjà perdu un frère, officier de police, en 1997, lors d'une opération antiterroriste menée au quartier ‘Aouinet El Foul', laisse une veuve et 3 orphelins. Il devait être enterré, hier, samedi, après la prière d' ‘El Asr' au cimetière central de Constantine.