Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Ne pas engloutir l'école dans des guerres de tranchées

par Ghezali Sofia*

Comment l'Algérie soucieuse d'embrayer sur l'accomplissement de son développement durable pourrait-elle en enclencher le processus et en accélérer la cadence ?

De nos jours et de par le monde, les progrès scientifiques et technologiques se précipitent. Les formules de résolution mises au point et soigneusement mémorisées ont déjà l'allure d'ébauche. Le savoir tendant vers la dynamique de son épanouissement, génère des référents nouveaux. La revalorisation des plans et des stratégies visant à l'amélioration des conditions de vivre et d'évoluer des hommes, se conforme de mieux en mieux aux exigences qu'impose la nécessité d'embrayer sur le troisième millénaire avec le maximum de chances de succès. Il importe alors aux Algériennes et aux Algériens, s'ils veulent «jouer dans la cour des grands», de conscientiser l'obligation de s'extraire de l'invincible chantage des sentiers battus entretenus urbi et orbi par ceux qui se sont autoproclamés « défenseurs des constantes nationales » alors qu'ils n'en sont que le visage hideux et par ceux qui se sont autoproclamés « chantres de l'ouverture sur le monde et de la démocratie » alors qu'ils n'en sont que la face inversée.

En effet, l'Ecole algérienne qui aspire à être l'outil du développement durable et dissiper les malaises de la société et les conflits qui l'opposent à elle-même, doit cesser de demeurer le lieu de tous les enjeux et des luttes d'intention promues par des subdivisions linguistiques et culturelles parrainées par des mégalomanes qui se croient incarner l'intelligentsia algérienne. Elle doit cesser de subir l'emprise du discours reproducteur de la dérision générateur de l'atrophie qui tente de l'affecter, de l'échec et de la déperdition scolaires, de la difficile adaptation des bacheliers au cycle universitaire et de la dégradation des mentalités et des comportements.

A lieu d'engloutir cette école dans des guerres de tranchées, (entre arabophones et francophones) et qui, d'ailleurs, ne sont pas les siennes, il serait souhaitable de s'investir dans la promotion d'un enseignement scientifique lui-même promoteur de cet esprit qui :

– ne sera plus contrarié dans ses entreprises par une intelligence dispersée et par une volonté étroite ;

– ne fera plus des courbettes à la fatalité ;

– apprendra à mettre à profit ses investigations et ses recherches en s'investissant dans cette mentalité scientifique qui lui permettra d'élaborer l'interprétation de ce qu'il connaît pour se rapprocher de plus en plus de ce qu'il ignore ;

– prendra conscience que son autonomie intellectuelle ne trouvera une expression éloquente que s'il apprend à dompter les mystères de la nature pour les domestiquer à des fins utiles et que son aptitude à pénétrer à l'intérieur du savoir pour y organiser ce qu'il doit connaître n'atteindra son âge de raison que si elle prend de l'épaisseur au profit d'un avenir commun aux hommes bien pensé et bien réfléchi ;

– saura organiser l'évolution de sa démarche intellectuelle qu'elle soit spéculative1 ou conceptuelle, sans pour autant se figer dans le déterminisme superficiel de l'évidence ;

– ne se limitera plus à se mouvoir entre des concepts grossièrement formés ;

– ne se contentera plus de prendre acte des informations qui lui seront dispensées, mais qui s'évertuera à argumenter, à confirmer ou à infirmer les utilités pratiques qu'elles sous-tendront ;

– éprouvera le besoin d'aller à l'avant des impressions qui tendront à l'envahir ;

– ne soumettra plus la résolution des situations-problèmes qui tenteront de l'assiéger, à la discrétion du hasard mais au crible de sa raison ;

– s'investira dans cette intelligence fonctionnelle par souci de s'élever de l'expérience vers la conception de la formule, du sensible vers la notion claire, de la notion claire vers la notion distincte et de la notion distincte vers la notion déterminée d'une part et d'autre part, pour pouvoir discerner entre le factice et le réel, entre l'accessoire et l'essentiel, entre le probable et le sûr. En somme, au moyen de cette intelligence fonctionnelle, il s'élèvera de l'intuition vers la vérité scientifique et son interprétation ;

– apprendra non seulement à devenir mais surtout à être, à penser par lui-même et à se passer de tuteur, à conscientiser ce qui se passera autour de lui et à surmonter la contradiction lors de sa rupture avec les schèmes habituels ;

– s'évertuera à comprendre le pourquoi et le comment pour s'extraire de la confusion des idées, de l'impasse de l'inexactitude et du cloaque de l'incohérence et se concilier avec l'authentique ;

– s'astreindra à évaluer ses acquis, à élargir ses limites et à agir en fonction de ce qu'il pourra être ;

– vectorialisera ses efforts de prospection, d'exploration, de sélection, d'élaboration afin qu'ils évoluent sans se contredire ;

– s'évitera de réduire ses entreprises de recherche et d'investigation, sa pensée et son action à de vulgaires agitations impulsives ;

– s'efforcera d'acquérir toute la perfection dont il a besoin pour être apte à exercer pleinement son rôle dans la cité ;

– apprendra à faire de la recherche de la vérité scientifique la manifestation supérieure de son intelligence. Ainsi, il légitimera sa signification existentielle et affermira cette démarche intellectuelle qui l'aidera à régir les étapes de sa perfectibilité dans la résolution des difficultés qui lui résisteront pour que s'épanouisse son autonomie intellectuelle et s'accomplisse son pas libérateur;

– évaluera ses pensées et ses actions les unes par rapport aux autres, au plan de leurs cohérences, de leurs pertinences et de leurs faisabilités en vue de s'extraire de l'isolement et de l'étroitesse que génèrent les pensées engagées au gré de l'intuition et les actions entreprises au gré de l'humeur. Il s'agit pour lui de développer avec le progrès des rapports de moins en moins timides, de moins en moins simplistes, de moins en moins précaires. Son souci sera alors de ne plus se sentir décroché de la modernité;

– apprendra à sélectionner et à hiérarchiser ses arguments pour mieux vivre son savoir en vue d'animer et d'entretenir cet entrain qui l'incitera à rompre avec le carcan de l'incertitude.

Dès lors, cet esprit ne se laissera pas prendre en laisse par l'équivoque et l'improvisation. Dès lors, il s'inscrira, activement engagé, dans la dynamique de l'épanouissement du rationnel afin qu'il prenne du pas et préside à la gestion de ses entreprises. Dès lors, ses aspirations bien comprises et ses ambitions bien pensées lui conféreront le privilège de s'amarrer, en toute quiétude et en toute liberté, à la modernité pour y évoluer en éprouvant le sentiment de lui être utile.

Appelée à assurer sa formation-développement, l'école lui évitera, alors, de se cantonner dans le superficiel de la vérité «aprioriste», cette vérité victime d'encombrement parce que le vrai et le faux s'y «hostilisent». Elle privilégiera, dans cette perspective son accès au formel en l'initiant à apprécier, au fur et à mesure de son évolution psycho-mentale, (son savoir-être) et cognitive, (son savoir et savoir-faire), la pertinence de sa démarche psycho-intellectuelle, à en analyser la fonctionnalité et à en authentifier l'efficacité.

Elle définira pour ce faire des programmes d'étude qui se refuseront de se soumettre au diktat du révolu et des buts qui se refuseront de se soumettre à celui de l'inertie mais qui l'inciteront à vivre son apprentissage comme une expérience :

– où il interrogera ses relations avec la vérité ;

– où il appréciera la faisabilité et la portée des résultats escomptés en entretenant la dimension de l'effort intellectuel authentique, (cet effort auquel collaborent le raisonnement logique et le jugement méthodique) ;

– où il persévérera dans la voie dans laquelle il s'engagera tout en développant le sens de la responsabilité et en effectuant des percées dans l'actualité.

Cependant et bien que ces programmes d'études soient soumis à des impondérables, ils veilleront à ce qu'il réalise l'authenticité de son succès scolaire en :

– dynamisant et en orientant ses efforts d'investigation pour concevoir et élaborer la vérité scientifique ;

– vitalisant sa prédisposition à connaître pour connaître plus ;

– réajustant ses talents particuliers pour une meilleure pertinence.

Elle en fera, pour que se définisse la plus éloquente expression de son élan créateur, un esprit :

– capable de se défaire du marasme de l'inadaptation aux situations-problèmes difficiles ou imprévues pour les affronter ;

– déterminé à autopsier ces situations-problèmes ;

– apte à circonscrire, à évaluer et à développer ses atouts, (ce complexe psycho-mental et psycho-intellectuel qui lui permet de s'adapter aux circonstances, nanti d'arguments à leur opposer et de s'en accommoder avec subtilité) ;

– en mesure de cerner les faiblesses qui risqueraient d'affecter ce complexe et de les évacuer ;

– disposé à ne plus se figer dans des attitudes confuses ou contradictoires et à promouvoir son capital culturel, (cognitif et comportemental).

Pour que ces objectifs se concrétisent, l'Ecole algérienne ne perdra pas de vue que l'esprit ne peut conquérir que les notions vers lesquelles l'orientent ses expériences, ses intérêts et ses préoccupations, (ses ambitions, ses aspirations, ses besoins et ses contraintes).

Par conséquent et à cet effet, la pédagogie à adopter

-se refusera d'assurer un simple montage d'automatismes disparates, fugaces et générateurs de l'étroitesse de l'esprit et de la dispersion de l'intelligence ;

-développera ces mécanismes psycho-intellectuels, (motivation, détermination, curiosité et réflexion), destinés à élargir ses intérêts, à structurer sa mentalité scientifique, à discipliner sa démarche intellectuelle ;

Appelée donc à faire aboutir sa formation-développement, l'objectif escompté est de fertiliser son aptitude à rechercher pour découvrir, en s'affranchissant des lisières de l'intuition.

Appelée en outre à l'initier à s'adapter aux circonstances et aux changements, elle structurera en lui le savoir-être, ce mode de penser, d'interpréter et d'agir de mieux en mieux élaboré.

Appelée par ailleurs à le familiariser avec l'expérience, elle lui apprendra à acquérir ce savoir-faire qui consiste à savoir observer, interpréter les données, procéder à des déductions, formuler des prévisions, émettre des hypothèses, classer, communiquer, planifier, combiner pour mener à bon port ses investigations en quête de vérité.

Appelée enfin à être le cadre dans lequel seront entreprises des opérations d'éducation et d'instruction destinées à accroître sa productivité intellectuelle et à développer sa faculté de construction logique, elle organisera une conception évolutive des apprentissages qui consiste en la collecte de l'information par l'observation, l'interprétation des constations faites, ce qui lui permettra de dégager des schèmes et de formuler des généralisations pour galvaniser son pouvoir de pénétrer à l'intérieur du savoir et y organiser ce qu'il doit connaître.

Conçue donc par souci d'aider l'esprit à organiser son savoir en le repensant systématiquement, elle lui enseignera la nécessité de mettre en évidence les relations et la hiérarchie qui existent entre les connaissances, (concepts) acquises, ce qui lui facilitera leur utilisation dans la résolution de nouvelles situations-problèmes et l'intégration de nouvelles connaissances dans son champ aperceptif. Les aptitudes qui devront être associées pour ce faire sont la curiosité scientifique, la réflexion critique, le discernement.

Cela dit, il ne pourra être jugé de l'efficacité de cette pédagogie que si elle constituera l'axe nodal de la politique éducative à adopter. Elle adoptera la méthodologie appropriée dans le développement escompté des compétences générales et des qualifications spécialisées et dans la structuration des comportements. Elle ne manquera pas d'animer une coordination interdisciplinaire et intradiscplinaire et par implication, une cohérence entre les divers niveaux du système éducatif et culturel.

*Universitaire. Magistère de Français - option didactique- Professeur au Lycée «Les Castors».

MOSTAGANEM.

Notes:

1. La démarche intellectuelle spéculative: celle qui met à nu la vérité, (quand bien même dans sa relativité), qui la rétablira dans sa légitimité et qui animera l'esprit pour qu'il démêle le vrai du faux, le légal de l'illicite, le réel du factice, l'essentiel du secondaire.