Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Papa Wemba, l'artiste s'en est allé

par Notre Envoyée Spéciale A Kinshasa (RDC) Ghania Oukazi

Noyée dans une immense effervescence, la capitale congolaise n'a cependant pas manqué d'exprimer une profonde douleur suite au décès de Papa Wemba.

Notre arrivée la dernière semaine d'avril à Kinshasa a coïncidé avec cette triste nouvelle pour les Congolais, les Africains dans leur ensemble et même au-delà, les milieux artistiques mondiaux. La grande star de la rumba congolaise a rejoint mercredi dernier sa dernière demeure après un hommage appuyé qu'officiels et populations lui avaient rendu pendant trois longs jours. «Papa Wemba s'est forgé une grande personnalité qui fait que nous sommes obligés d'en parler, moi, je suis journaliste politique mais je suis obligée d'en parler, il est l'actualité du pays,» nous dit Angèle Kanam Kisinda, une consœur congolaise, ancienne présentatrice du JT à la RTNC (Radio télévision nationales du Congo), depuis quelques temps attachée à l'information auprès de la présidence de la République.

L'artiste s'en est allé alors qu'il donnait un spectacle à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Son cœur l'a lâché sur scène. Il a dû partir avec le sourire aux lèvres parce qu'il avait toujours souhaité mourir ainsi. La dépouille de Papa Wemba a été rapatriée jeudi dernier vers Kinshasa où des milliers de Congolais l'attendaient à l'aéroport et tout au long du trajet menant à l'hôpital Le Centenaire, où elle devait être déposée à la morgue. La foule était tellement dense que l'on dénombre au moins deux morts à Kinshasa en raison des grandes bousculades qui ont eu lieu au passage du cortège funèbre.

«Papa Wemba l'immortel !». «Le Congo orphelin». «Les Congolais pleurent Papa Wemba.» De larges banderoles couvrent depuis l'annonce de son décès, les façades de toutes les grandes artères et rues de Kinshasa.

Lundi matin, le cercueil de l'artiste a été sorti de la morgue de l'hôpital de la ville et déposé dans le grand hall du palais du peuple, siège du parlement congolais. Des milliers de personnes lui ont rendu un dernier hommage dans une atmosphère de fête. Des artistes venus de nombreux pays notamment africains se sont relayés toute la nuit du lundi au mardi pour chanter Papa Wemba et dansaient sur les rythmes de son répertoire musical.

Des danseurs de rumba aux «Sapeurs»

Des groupes folkloriques se sont produits durant les deux jours dans cette immense esplanade qui fait face à l'imposante bâtisse du parlement. Ceci, sans compter tous les chanteurs et danseurs qui ont participé à la veillée funèbre organisée chez lui, dans son quartier Matoukaï (nom constitué des premières lettres des cinq avenues qui se suivent à Kinshasa) et celle du dimanche, réservée celle-là aux officiels.

Mardi vers 10h30, le ciel s'était assombri, un vent fort s'était mis à souffler. Il pleuvait des trombes. Mais ce sale temps n'avait pas empêché les Congolais de déferler vers le Palais du peuple pour pleurer leur idole. Enfin, pleurer c'est beaucoup dire. Il est connu que les Africains expriment leur peine en chantant et en dansant. Les groupes folkloriques profitaient même de la présence de dignitaires et de hauts fonctionnaires de l'Etat pour, à leur sortie de l'enceinte du palais, les suivre tout en dansant pour leur arracher quelques sous.

Le plus drôle était l'hommage que les «Sapeurs» avaient rendu à Papa Wemba. Une caste socioculturelle africaine très singulière. Sapeurs qui n'ont rien à voir avec… les pompiers. C'est un «mouvement» que Wemba lui-même avait créé il y plusieurs années au Zaïre (devenu la République démocratique du Congo) pour en faire ce qu'il a appelé «la Société des ambianceurs et des personnes élégantes.» En clair, ce sont des femmes et des hommes qui portent des habits qui doivent coûter cher et même très cher pour que le monde entier remarque qu'ils sont bien habillés, bien «sapés». Comme les goûts et les couleurs ne se discutent pas, les Sapeurs portent des tenues d'un goût d'une extravagance hallucinante, de la tête aux pieds. Leurs cheveux sont teints et coiffés bizarrement, leurs accoutrements de couleurs vives ou sombres, peu importe, mais qui font retourner les morts sur leur passage. Un groupe de ces «disciples» de la sape, était arrivé mardi au palais du peuple pour s'incliner à la mémoire de son «Maître». Ils s'étaient mis l'un derrière l'autre et dès qu'ils arrivaient devant le cercueil, certains tapaient des pieds comme s'ils faisaient les claquettes (danse afro-américaine). Mais rien de tout cela. Angèle, notre accompagnatrice nous a expliqué qu'«ils font ça pour montrer aux gens qu'ils portent des chaussures qu'ils ont payées très cher, il faut que les regards se braquent sur ce qu'ils portent.»

Quand «les disciples» pleurent leur «Maître»

Plus impressionnant encore, «ceux qui veulent montrer que leur chemise est très chère et faite par de grands couturiers, touchent le tissu de manière à ce que tous les autres le remarquent, c'est la même chose pour le pantalon ou autre veste ou robe,» nous explique-t-elle. C'est véritablement comme est décrite la société de Wemba : «le mouvement des grandes audaces vestimentaires.» Il faut l'avoir, cette audace, et bien grande, pour pouvoir s'habiller de la sorte et claquer des pieds ou frotter le bout de tissu de sa chemise ou son pantalon grossièrement entre les doigts pour… attirer l'attention.

Mercredi dernier, une grande messe a été dédiée à l'artiste à la cathédrale de «Notre Dame du Congo» en présence de sa famille, d'amis, d'officiels et de fidèles. Le cortège funèbre s'était dirigé vers 12H vers le cimetière «Nécropole entre Ciel et Terre.» Mais l'on a appris comme tous les médias qu'il y sera enterré provisoirement. En effet, c'est à la demande d'un député et des habitants de son village situé dans le Kasaï oriental (au sud du Congo), que le président Joseph Kabila a accepté qu'il lui sera dressé une sépulture sur un grand site accessible à tous.

Dès son décès à Abidjan, Papa Wemba a été décoré par le président de Côte d'Ivoire «commandeur de l'ordre national», la plus haute distinction du pays. Pour sa part, le président Kabila l'a inscrit aussi à titre posthume dans «l'ordre des héros nationaux» comme l'est son père, Laurent Désiré Kabila et Patrice Lumumba. Une distinction qui n'a pas été du goût de Congolais sceptiques. «On se demande pourquoi on lui fait tout ça, il est comme tous les autres artistes congolais de la rumba, eux sont morts avant lui mais n'ont pas eu toute cette attention de la part des officiels, on se demande d'ailleurs pourquoi ils veulent l'enterrer sur un grand site !?», s'exclame Gilles qui nous conduisait dans Kinshasa.

Point positif, la directrice de l'Unesco a promis d'examiner la demande du Congo d'inscrire la Rumba comme patrimoine immatériel universel.