Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Du porte-à-porte à l'APC

par Hamid Dahmani

Il faut reconnaître, que ces cinq dernières années, l'Etat n'a pas lésiné sur les moyens matériels mis à la disposition des services publics (APC, daira, wilaya), pour rendre une vie meilleure et agréable, aux lieux administratifs, dans leurs fonctionnalités d'accueil. Un investissement obligé et apparent dans la rénovation de ses guichets, salles d'attente, agencements des bureaux, etc. Par contre, le capital humain semble garder, toujours, les vieux réflexes archaïques avec ses vieilles habitudes qui demeurent ancrées dans l'esprit de la vieille bureaucratie qui tue tout élan salvateur.

Le rapport avec le citoyen laisse à désirer. Il reste toujours précaire et sans égards. La célérité dans la délivrance des documents, au risque des aléas et de l'humeur du temps. Donc, il n'y a pas de quoi pavoisé, dans l'immédiat. Les murs et les endroits ont changé mais la mentalité demeure intacte, dans son grand défaut, celui du mépris total. Le peuple a voté et l'administration a, aussi, fauté. Aussi, pour le besoin de la palliation pressante de l'heure, des journées de sensibilisation et des interventions explicatives ont été programmées cette semaine, virtuellement, à la joie du citoyen votant sur l'espace Internet.

Un riche programme, dûment réfléchi par les élus, a été pondu pour faire connaître ce premier repère de la ville désignée comme ‘dar el-mir', en organisant des journées ‘portes ouvertes' sur le sujet récurrent des mairies fermées par le citoyen.

A ce titre, des journées municipales d'apprentissage sont à l'ordre du jour pour aider le citoyen à insister, dans son action, à déchiffrer les portes ‘codes-barres' des lieux publics, entre autres, celle du siège de la ‘baladia'. Découverte de nouveaux slogans de la commune. « Vote et tais-toi et si tu n'es pas content casse-toi ». Il est aussi question de distribution de notices d'utilisation pour franchir les portes de l'enfer de la commune, avec des projections vidéos sur l'attente entre deux ‘bibanes' avec un accès sans issue.

Des conférences dirigées par d'éminents conseillers serruriers sur plusieurs astuces rudimentaires, pour aider le citoyen à ouvrir la porte du bureau du maire avant d'être renvoyé ailleurs.

Une exposition locale aura lieu au parc de la ville sur la qualité des portes capitonnées, des portes blindées, des portes en teck, des portes transparentes et des portes ‘charara'

Cette expo sera inaugurée par ‘cheikh el-m'dina' et son «boueb» principal.

Un film documentaire sur la rigidité des ‘gardiens- bouabines', en faction devant les portes closes des délégués qui ne sont jamais là, quand on les sollicite aux heures ouvrables.

Explications détaillées par un guide-expert pour initier le citoyen à parcourir le plan schématique d'une commune

Une épreuve du feu pour les citoyens coléreux qui doivent concourir au jeu de ‘colin-maillard' avec les délégués, dans les couloirs de la mairie.

Grand débat sur un avant-projet, réfléchi par les services de la commune, pour la restitution provisoire du trottoir aux citoyens.

Signature d'un protocole d'accord entre la société de revêtement de la chaussée et des trottoirs et l'entreprise spécialisée dans le défoncement et le creusement des tranchées dénommée : ‘chariket tiyaouet' Une visite guidée par le ‘boueb' en chef pour instruire le citoyen sur la manière de faire toc-toc aux portes fermées sauf celles qui disposent d'une sentinelle.

Un atelier d'apprentissage sera dirigé pour les impatients afin d'apprendre les ficelles utiles pour faire le guet et la queue, devant la porte du maire.

Présentation d'une collection de portes rares défoncées par les citoyens en colère, certifiées conformes par les assemblées populaires communales plaignantes.

Chorale citoyenne en hommage aux portes publiques sourdes des APC et scènes de lamentations devant la porte de la charité.

Récits de blagues et des gags communaux inédits seront clamés, en l'honneur des porte-bonheur et des porte-malheur par des gardes champêtres.

Tirage d'une tombola communale pour gagner une clé-sésame qui ouvre toutes les portes populaires de la mairie.

Lecture de proverbes inédits dédiés aux portes interdites, «fait comme ton voisin et va voter, sinon change ta porte d'endroit.»

Récitations de circonstances « Sid el mir, Ouvre-moi ta porte pour te dire un mot, pour l'amour de Dieu ».

Portail entrebâillé au public … Quand messieurs les élus ne sont pas là réellement.

Cour de «dourousse leylia » aux agents chargés des écritures de l'état civil, pour mettre un terme aux fautes de transcriptions récurrentes.

Conférence-débat par le docteur ‘el-boueb' sur la lutte du peuple des élections contre les portes silencieuses et les portes automatiques qui s'ouvrent à l'aide d'une pièce de monnaie dans la fente.

Visite et ballade dans les couloirs d'une paisible mairie, devenue musée public de la citoyenneté.

Dis-moi quelle porte te cache et je te dirai quel cachottier tu es.

Pour clore ces journées d'études virtuelles, une projection du film « le mandat » d'Ousmene Sembene est programmé et suivi d'un débat ouvert sur le mandat électoral et le mandat de dépôt avec les menottes.

Après réunion et délibération de l'Assemblée communale « taa tiyaouet «on a chanté le tube de Johnny « les portes du pénitencier vont bientôt se refermer ».

Entre l'isoloir et l'urne il y a, toujours, une fausse porte. Les murs ont des oreilles et les portes ont des webcams.

Quand le maire est derrière la porte, l'appariteur et la secrétaire jurent sur leurs têtes qu'il est en réunion.

Porte codée avec clé à enregistrer pour les bons citoyens pour traverser les sept portes de l'enfer municipal pour les prochaines élections…