Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

La population à risque doit prendre davantage de précautions : Une souche «virulente» de la grippe saisonnière inquiète les médecins

par S. M.

Le décès de deux femmes atteintes par le virus H1N1 de la grippe A dans l'hôpital de Tizi Ouzou et l'hospitalisation il y a quelques jours d'un cas suspect au service des maladies infectieuses de l'hôpital d'Oran a créé un vent de panique qui s'est propagé dans les établissements sanitaires.

« Une femme enceinte qui souffrait des symptômes de grippe sévère a été admise il y a quatre jours à la Garnison. Les analyses ont livré des résultats négatifs pour la grippe A/H1N1. Cette jeune femme a reçu le traitement nécessaire et se porte désormais mieux. Elle a été toutefois gardée sous surveillance médicale», confient des sources hospitalières. Il s'agirait apparemment d'une souche «virulente» de la grippe saisonnière qui peut devenir sévère et causer des complications graves pour les personnes dites vulnérables et fragilisées par des maladies chroniques, une insuffisance respiratoire, des problèmes cardiaques, une immunodépression. Les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants en bas âge restent aussi une cible vulnérable pour cette souche virulente de la grippe. Cette souche «virulente» de la grippe saisonnière aurait couté la vie en quelques jours à dix personnes à travers le territoire national, dont trois dans la seule wilaya de Tizi Ouzou et deux autres dans celle de Blida. Les médecins qui restent préoccupés par la mutation du virus de la grippe saisonnière appellent la population à risque à prendre davantage de précautions. Les sujets vulnérables doivent consulter le médecin dès l'apparition des premiers symptômes de la grippe (fièvre, fatigue, courbatures…). La souche non encore identifiée de la grippe se propage parmi la population à haut risque provoquant dans de nombreux cas des hospitalisations de personnes vulnérables. Les différents établissements hospitaliers reçoivent quotidiennement des cas souffrant des symptômes d'une forme de grippe «aigue». La grippe saisonnière est la cause du décès de 3.000 personnes annuellement en Algérie et 250.000 à 500.000 à travers le monde, selon des chiffres communiqués fin 2014.

La population à risque est estimée à 5 millions de personnes en Algérie. La grippe saisonnière est une infection virale aiguë provoquée par un virus grippal. Il existe trois types de grippe saisonnière A, B et C. Les virus grippaux de type A se subdivisent en sous-types en fonction des différentes sortes et associations de protéines de surface du virus. Parmi les nombreux sous-types des virus grippaux A, les sous-types A(H1N1) et A(H3N2) circulent actuellement chez l'homme. Les épidémies de grippe surviennent chaque année au cours de l'automne et de l'hiver dans les régions tempérées. Le plus préoccupant est que même la vaccination conseillée par les médecins ne peut aucunement immuniser la population à risque contre les nouvelles souches de la grippe saisonnière. Selon les autorités sanitaires américaines, le vaccin contre la grippe cette année offre une protection de seulement 23% chez les personnes de tous âges, en raison d'une mutation de la souche du virus. Depuis les dix dernières années, l'efficacité de ce vaccin a varié de 10 à 60% selon les saisons, précisent les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) qui ont effectué cette recherche. Les auteurs de cette étude soulignent que la protection réduite du vaccin cette année nécessite de recourir préventivement à des antiviraux comme le tamiflu pour minimiser les symptômes. «Tous les malades hospitalisés et tous les autres qui ont un risque élevé de complications graves devraient être traités dès que possible avec l'un des trois antiviraux disponibles, qu'ils aient été vaccinés ou pas. Et ce sans attendre la confirmation de leur infection par le virus de la grippe», a insisté le responsable de la division grippe au sein des CDC. La moindre efficacité du vaccin cette année s'explique probablement par une mutation d'une partie de la souche dominante cette saison (H3N2), qui est aussi plus virulente. Cette mutation s'est produite après que le vaccin eut été produit. Les deux tiers des virus H3N2 analysés cette saison sont différents des souches utilisées dans le vaccin, avait indiqué précédemment les CDC.