Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Acheminement du courrier : Des quartiers sans facteur

par J. Boukraâ

Les habitants de nombreux quartiers de la commune d'Oran, continuent de subir les retards dans l'acheminement du courrier. L'absence de facteur, dans certains quartiers de Maraval et Yaghmouracen, depuis quelques semaines, cause d'énormes désagréments aux habitants, notamment pour les jeunes diplômés ayant participé à plusieurs concours de recrutement et qui en attendent, avec impatience, les résultats. Le même constat est signalé chez les postulants au programme de logements AADL qui attendent leurs convocations. Il s'agit, notamment des cités : policière, ‘870 logements', des ‘Enseignants', ‘CNEP', des ‘1.156 logememnt', ‘Primula', entre autres. De ce fait, nombreux sont ceux qui ont opté pour la formule ‘poste restante' et se déplacent jusqu'à la Poste ‘Saint Charles' pour retirer leur courrier. Cette pratique, cependant, n'est pas la bonne solution, surtout lorsque il s'agit d'un courrier important comme les convocations, qui peuvent perdre leur validité si elles ne sont pas retirées à temps. Une situation, donc, qui pénalise les riverains. Alors que nous assistons à une vraie révolution technologique, tous azimuts, en matière des Télécommunications, la majorité de la population reste dépendante des services classiques de la Poste dont certains usagers s'en trouvent, même privés. Le facteur ne sonne et ne frappe que rarement aux portes de nombreux usagers et clients des Postes et Télécommunications ! Pour une wilaya comme Oran qui compte près de 2 millions d'habitants, les 170 facteurs (une centaine active dans la commune d'Oran et le reste est réparti sur les autres communes), ne couvrent pas tous les besoins. Il y a près de 3 ans, seule, une dizaine de facteurs ont été recrutés ; un effectif qui s'avère insuffisant compte tenu de la forte demande exprimée par les usagers. Selon les estimations, Oran a besoin de près de 300 facteurs et il faudrait, donc, en recruter une centaine d'autres facteurs pour combler le déficit. Les citoyens ne comprennent pas que les responsables d'Algérie-Poste parlent de modernisation du réseau de distribution du courrier, alors qu'ils sont incapables d'affecter des facteurs pour certaines cités.

Cette situation ne concerne pas, uniquement, ces quartiers, elle se ressent dans d'autres, aggravée, notamment, par le départ en retraite de plusieurs anciens éléments qui n'ont été remplacés qu'à une faible proportion. Même dans les quartiers où il y a des facteurs, certains sont, souvent, dans l'incapacité d'achever la distribution du courrier pour les usagers, notamment dans les grands centres immobiliers où, en plus du nombre important d'habitants, vient se greffer l'absence de boîtes aux lettres, dans la majorité des immeubles.