Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Skikda : Le «blocus» de Samsung levé

par A.Boudrouma

Les entrepreneurs algériens qui ont fermé le siège de la firme sud-coréenne Samsung, chargée du projet de réhabilitation de la raffinerie de Skikda, dans la journée de dimanche dernier, ont finalement lâché prise en levant le blocus qu'ils ont imposé pour exiger le paiement des prestations effectuées pendant plusieurs mois. La brigade de gendarmerie de Ben M'hidi est intervenue pour faire entendre raison aux entrepreneurs en colère et un des responsables de Sonatrach s'est déplacé pour les rencontrer et leur conseiller d'intenter des poursuites à l'encontre des deux entreprises sud-coréennes – GAIN et CAP HIGHTECH – qui doivent à son avis supporter tout le poids du préjudice causé soutenant que la faute n'incombe pas à Samsung.

Pourtant, il semble que cela n'a pas convaincu entièrement les responsables des entreprises concernées qui se sentent abandonnés car, expliquent-ils, «que pouvons-nous faire contre des opérateurs ramenés de l'étranger qui ont bénéficié de toutes les facilités pour s'implanter en tant que sous-traitants mais qui après un laps de temps, prétextant des problèmes financiers, repartent en catimini pour se soustraire à leurs engagements de solder leurs dettes au moins. Une marque de mépris qui en dit long sur les qualités de ces deux sous-traitants dont tout le monde veut se laver les mains aujourd'hui…». Tout le monde estime que le problème est complexe et son dénouement n'est pas proche au grand dam des frondeurs qui espèrent l'implication de l'ensemble des parties concernées autorités, Sonatrach et Samsung pour éviter de mettre sur la paille certaines entreprises qui n'arrivent plus à faire face à leurs engagements.