Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

PME : qu'est-ce qui ne tourne pas rond ?

par S. M.

Le centre de facilitations de la Petite et Moyenne Entreprise a «coaché» près de 200 jeunes porteurs de projets, depuis le début de l'année en cours, pour les accompagner dans la concrétisation de leur projet, a-t-on appris auprès du directeur de ce centre. Les 200 jeunes porteurs de projets ont bénéficié de sessions de formations sur le management entrepreneurial: les charges, les approvisionnements, la tenue de la comptabilité, la gestion des stocks, le calcul des coûts et de la productivité. Ils ont aussi bénéficié de formations spécialisées sur l'élaboration des plans d'affaires. L'année dernière, le centre de facilitations de la PME a «coaché» 400 jeunes entrepreneurs de la wilaya d'Oran. Malgré un dispositif légal et réglementaire jugé très favorable à la création des micro-entreprises en Algérie, le problème de la survie des jeunes entreprises demeure cruciale. L'accompagnement entrepreneurial des jeunes créateurs d'entreprise tout au long du processus de création et au cours des premières années d'existence de la nouvelle entreprise constitue un élément majeur de la pérennisation de celle-ci. Le taux élevé de «mortalité» des jeunes entreprises reste important. Une bonne partie des entreprises, créées dans la wilaya, dans le cadre des différents dispositifs, déposent leur bilan durant les deux premières années de leur existence. Les jeunes entrepreneurs se trouvent en effet parachutés dans une économie gangrénée par le marché informel. Les chances des nouvelles micro-entreprises de résister à cet environnement hostile restent très minces. Les instruments d'aide et d'accompagnement des pouvoirs publics (ANSEJ, FGAR, CNAC…) sont davantage orientés vers l'encouragement à la création des micro-entreprises, puis, plus tard, dans l'accompagnement à la croissance (année 3, mais surtout 4 et plus), plutôt que dans l'aide au démarrage (année 1, 2 et 3). C'est, précisément, au cours de ce laps de temps de deux à trois années, que l'on observe le plus fort taux de «mortalité» d'entreprises. Concernant le programme d'accompagnement entrepreneurial assuré par la coopération technique allemande au développement (GIZ) au profit de 54 jeunes porteurs de projets de la wilaya d'Oran, notre source révèle que «le programme est, actuellement, dans la phase de concrétisation des projets». Une cinquantaine de jeunes entrepreneurs avait été sélectionnée durant le Carrefour du jeune entrepreneur organisé en novembre dernier pour bénéficier de l'assistance de la coopération technique allemande au développement (GIZ) pour le démarrage de leurs entreprises. L'organisme de coopération allemande, «Deutshe Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit» (GTZ) a changé de dénomination pour devenir «Gesellschaft für International Zusammenarbeit» (GIZ, Société allemande pour la coopération internationale), rappelle-t-on.