Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

SAÏDA : UNE VEILLEE RELIGIEUSE ET DES RETROUVAILLES…

par Ali Kherbache

L'Association «Saïda sans frontière» et la clinique «El Mouighit» ont organisé une veillée religieuse à la mémoire du défunt Ouenzar Abdelkrim, décédé le 08 mai 2012 à Oran. Les saïdéens ont tenu à rendre un hommage à l'un des leurs, un enfant du cru, et sont venus nombreux assister à la cérémonie, haute en émotion, ayant rassemblé, à l'initiative de M. Hachemi Kouider, plusieurs générations, en l'occurrence celle qui a repris le flambeau de l'enseignement à l'indépendance à celle mobilisée, dynamisme jeune oblige, et affairée à servir le couscous aux convives. Entrecoupé par la récitation de sourates du Saint Coran, l'évènement fut marqué par l'invocation de l'Imam et l'intervention de M. Mellah Mohamed qui lut difficilement une synthèse biographique de feu Ouenzar», une oraison en larmes à laquelle ne purent demeurer insensibles les Ouenzar et proches de Si Abdelkrim. Amara Saïd, Brahim Abdelkrim, Hamou Berrezoug, Kies Mohamed et Kouider, Fekira Mohamed, Boumadani Djelloul, pour ne citer que ceux-là, étant dans l'impossibilité de dresser la liste de la centaine dépassée des présents, ont ravivé des souvenirs indélébiles. Cette veillée conviviale a permis de réunir, autour de son fils Ali, son petit fils, ses frères Mohamed et Mustapha, le véritable cru de sa ville natale.

L'association «AMMS», a remis un présent à son fils, ému qui ne trouva pas les mots pour remercier Megherbi Houari et Aoued Djillali, auteur d'une mémoire dédiée de la ville, même si l'on déplore l'absence des nouveaux locataires de la coupole Zighout et des premiers locaux». Un citoyen rappela que l'invitation était publique et était lancée à travers les réseaux sociaux pour permettre aux saïdéens d'ailleurs de partager la douleur de leurs concitoyens et compatir avec les familles attristées, celles des Ouenzar et de Tebboune Abdelkrim, un autre cadre de l'éducation décédé le même jour à Bel Abbès.