Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Haï Yasmine : Des acquéreurs de LSP dans la tourmente

par Djamel B.

Après avoir interpellé tous les services concernés pour se pencher sérieusement sur leur cas, les 210 acquéreurs de logements LSP, situés au POS 52 de l'Ilot K 15 à Haï El Yasmine, viennent de lancer un appel au wali d'Oran, sollicitant son intervention pour mettre un terme au calvaire qu'ils endurent, depuis plus de 7 années. Selon les responsables du comité de quartier «Feth El Yasmine», les travaux de réalisation de leurs logements ont été lancés en 2005, malheureusement le taux d'avancement n'a pas atteint les 60%, et cela malgré le fait qu'un bon nombre d'acquéreurs aient versé la totalité des tranches destinées au financement du programme. «En principe ces logements devaient être livrés en 18 mois, malheureusement cela fait plus de 7 ans que nous attendons. La majeure partie des acquéreurs sont toujours des locataires et contraints à payer, chaque mois, entre 15.000 et 20.000 DA de loyer», assure un membre du comité. Et de souligner qu'en plus du retard, le promoteur les a forcés à payer un surplus, allant de 50 à 80 millions de centimes.

«Dernièrement, nous avons aussi été surpris de constater, lors de la signature des actes de vente sur plan ‘VSP' une diminution de 15 m² de la surface habitable comparée à la surface initiale mentionnée lors de la signature des attestations de réservation», assurent les membres du comité. Ces derniers soulignent que certains acquéreurs ont gagné leur procès face au promoteur pour le paiement de leur logement sur la base des anciens prix. Pour d'autres par contre, le jugement les a contraints à payer leurs logements sur la base des nouveaux prix. «Malgré le fait qu'ils aient accepté de payer la totalité du prix du logement, le promoteur refuse de leur donner les ordres de versement et refuse aussi de leur délivrer les VSP, ce qui les empêche de bénéficier de crédits à taux bonifié», assurent les représentants des acquéreurs.

«Face à cette situation de désespoir, nous n'avons d'autres recours qu'une intervention directe du wali d'Oran que nous invitons, à l'occasion, à rendre visite au site et constater de visu la situation actuelle du chantier», concluent les membres du comité de quartier. Il y a lieu de signaler que les acquéreurs avaient déjà organisé des sit-in de protestation devant le siège de la wilaya et avaient aussi adressé des correspondances au wali d'Oran, accompagnées des photos du chantier. D'autres démarches ont été entreprises à la DLEP, mais jusqu'à présent les acquéreurs n'ont eu aucun écho favorable à leurs doléances.