Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Moins d'intoxications collectives mais…

par A. M.

Faisant un bilan des intoxications alimentaires portant sur le premier semestre de l'année en cours, notamment la période des chaleurs, le Dr. Kermiche, médecin spécialiste du service des urgences externes du centre hospitalier universitaire (CHUC) Benbadis de Constantine, a indiqué, lors d'une émission de la radio régionale, que les intoxications alimentaires individuelles ont été en constante progression, durant les six premiers mois de l'année 2O1O.

 Le service concerné a enregistré jusqu'à présent dit-il, 43 % de plus de cas qu'en 2OO9, durant la même période. Néanmoins, sur le plan collectif, a-t-il indiqué, la tendance a été inversée car ce phénomène est en net recul. Il expliquera que durant les deux premiers mois de l'été, à savoir juin et juillet, période qui a été pourtant marquée par des journées de forte canicule et de nombreuses fêtes collectives, où les risques d'intoxications sont plus grands, le service des urgences externes n'a enregistré aucun cas d'intoxication collective.

 Passant aux détails, le même intervenant souligne qu'au mois de janvier le service des urgences externes a enregistré 31cas d'intoxications individuelles, 34 en février, 23 durant le mois de mars, 36 en avril, 47 au mois de mai, 53 cas en juin et enfin 79 cas durant les deux tiers du mois de juillet. Invitée à la même émission, le Dr. Naziha Atoui, spécialiste en parasitologie, a profité de l'opportunité pour donner des conseils pratiques invitant au respect des consignes d'hygiène et à observer les conditions de conservation des aliments, comme les fruits et les œufs.