Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Sidi Bel-Abbès : Le festival du raï au stade des frères Amarouch

par M. Kadiri

Selon le maire intérimaire, le festival du raï se déroulera dans l'enceinte de l'ex-stade Paul André, aujourd'hui trois frères Amarouch et a eu lieu au stade «24 février 56» qui a connu une importante réhabilitation qui a coûté près de 15 milliards de centimes indique une source de la DJS. Il faudra tout de même relever que cette future manifestation culturelle qui fait partie d'un vaste programme diversifié sur les lieux avait engendré une vive polémique et des réactions signalées ici et là quant à l'intention de vouloir utiliser l'OPOW 24 février 56 qui a vu l'enlèvement de la pelouse du gazon, ceci est un autre préjudice. Ainsi l'on est fixé, au moment où les préparatifs vont bon train dans une région qui au-delà de certaines controverses futiles autour de la naissance du raï en général en est les plus grands bastions nationaux et dont ses milliers d'adeptes, fans entretiennent une indélébile connivence et tirent une très grande fierté en vous évoquant les bardes locaux. M. Benbraim qu'on ne représente pas de nouveau. Les cheikhs Madani, M'kalech, Abdelmoula…et autres, Cheikhates, poètes, chanteurs et groupes locaux à l'instar des Raïna Ray, Bessalah, Benharrat.M poète comme l'est Frih Khodja, Sebihi, Balaha, Ledhem… des noms qui sont cités à titre indicatif et que nous ne pouvons tous ranger en un seul feuillet… tels les frères Saïm, dont El Hadj qu'Oran va honorer prochainement, nul n'est prophète en son pays, son feu Frère Lakhdar, feu Dziri Kadri, Abdellaoui Cheikh, bien sûr Mohamed El Abassi de son vrai nom Kambouz, les Assou, Hanitet M, Malika Meddah, la troupe Sadimiya, les figures et autres nombreux enfants de la région tels Dida Larbi fils de Sfisef et non loin de leur berceau natal, les Sidi Yaunois, Chikhi, Zaïdi Yacine, Cheheb et autres qui ravivent bien des mémoires autochtones, que dire de ceux qui ont rejoint l'au-delà et aucun indice, ou indication dans le cimetière n'y figure, l'herbe folle a fait son œuvre sur les emplacements sépulcraux nous y reviendrons.