Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

La francophonie patrimoine universel ou françafrique par d'autres moyens ?

par Chems Eddine Chitour*

«P assionnée, étais-je à vingt ans, par la stature d'Averroes, cet Ibn Rochd andalou de génie dont l'audace de la pensée a revivifié l'héritage occidental, mais alors que j'avais appris au collège l'anglais, le latin et le grec, comme je demandais en vain à perfectionner mon arabe classique, j'ai dû restreindre mon ambition en me résignant à devenir historienne. En ce sens, le monolinguisme français, institué en Algérie coloniale, tendant à dévaluer nos langues maternelles, nous poussa encore davantage à la quête des origines ».

Assia Djebbar : discours de réception à l'Académie française

La ministre ruandaise Louise Mushikiwabo a été intronisée par « consensus » comme la nouvelle secrétaire générale, Michaelle Jean la secrétaire générale sortante n'a même pas pu défendre son bilan. La Francophonie est entre les mains d'un petit pays anglophone qui a supprimé le français de l'enseignement ! De plus , il ne brille pas sur le chapitre des droits de l'homme ou de l'alternance. Voilà pour la politique et ses desseins impénétrables !

Qu'est ce que la francophonie ?

Le terme francophonie désigne l'ensemble des gouvernements, pays ou instances officielles qui ont en commun l'usage du français dans leurs travaux ou leurs échanges. La carte de la francophonie se confond largement avec celle de l'expansion coloniale française.

Dès le début des années 1960, des chefs d'État, des anciennes colonies françaises, comme le Sénégalais Léopold Senghor,- l'agrégé de grammaire- proposent de regrouper les pays nouvellement indépendants, désireux de poursuivre avec la France des relations fondées sur des affinités culturelles et linguistiques.

La Francophonie naît officiellement en 1970, à la conférence de Niamey.

La francophonie est elle seulement au nom de la realpolitik, une continuation de la Franceafrique ? Ou est-ce, aussi un vecteur culturel universel qui paradoxalement ferme la porte à celles et ceux qui maitrisent de loin la langue de Voltaire au profit , de pays qui n'ont qu'un lointain rapport avec le français .

Abdelkader Kherfouche écrit à ce propos Au cours d'un point de presse organisé au musée copte du Caire le 18 avril, François Hollande a déclaré : « La francophonie n'est pas un cadeau simplement de ceux qui parlent français.

La francophonie c'est un combat, un combat pour des valeurs, un combat pour la culture, un combat pour la diversité » Les mots qu'utilise le président ne sont pas sans rappeler la rhétorique qu'employaient les élites françaises du XIXe siècle pour justifier la colonisation.

La langue française, la langue d'une nation civilisée pour faire sortir le colonisé de sa barbarie primitive, la langue française comme un don « humanitaire et civilisateur » pour reprendre la formule de Jules Ferry.

Comme le rappelle l'écrivaine algérienne d'expression française, ce n'est pas par les œuvres de Pierre de Ronsard ou de Jean Racine que les Algériens sont entrés dans la langue française, c'est la langue française qui est entrée par effraction en Algérie (…) La langue française était un outil au service de la colonisation.

Une partie des colonisés était formée en français,« la langue des autres, celle des colonisateurs, ses maîtres », la langue de l'école coloniale : Le français donc, celui de l'école, celui de « nos ancêtres, les Gaulois », or ils n'étaient pas « nos ancêtres », et ils n'étaient pas Gaulois ! Mes, nos ancêtres parlaient, ou criaient, ou chantaient en arabe, en berbère, en… Ma grand-mère, en arabe, racontait aux enfants autour d'elle, la guerre, les otages, l'incendie des oliviers, à la zaouïa. À l'école française, l'institutrice — venue de France — racontait Charlemagne, et même Charles Martel à Poitiers…confie Assia Djebar dans un poème »(1).

Macron reçoit un prix québécois parodique pour ses propos sur la francophonie

Les «défenseurs grincheux» du français

C'est un fait, et de l'avis de plusieurs spécialistes, la langue française perd du terrain dans le domaine scientifique «l'usage du français dans les sciences tombe en désuétude, la moitié des publications scientifiques est en anglais, seulement 7% en français. Aux Nations unies, le français bataille pour garder son rang: aujourd'hui, seulement 14% des discours sont tenus en français, plus de la moitié le sont en anglais. L'écart entre les deux langues se creuse aussi à l'Union européenne, notamment dans la rédaction des rapports de la Commission, et ce phénomène s'est accentué depuis l'entrée des dix nouveaux pays membres qui parlent plutôt l'anglais. La domination de l'anglais sur les ondes, est aussi avérée. (2)

Promouvoir la francophonie en parlant anglais, le paradoxe n'a pas manqué d'irriter les inconditionnels de la langue française . Après l'injonction vaine en son temps, de Jaques Toubon à parler français, après le prix de la carpette, décernée à ceux qui parlent anglais : « un organisme québécois de défense de la langue française a décerné dimanche un «prix citron» au président français Emmanuel Macron pour des propos défendant son usage occasionnel de l'anglais sur la scène internationale. L'organisme culturel «Impératif français» a choisi le président Macron pour avoir, créé en 1975, Impératif français se décrit comme un «oranisme voué à la promotion de la langue française, de la culture d'expression française et de la francophonie.» Lors de la visite à Paris début mars du Premier ministre québécois, le président Macron avait déclaré ne pas faire partie «des défenseurs grincheux» de la langue française, égratignant au passage les tenants d'une stricte prééminence du français. «lors de la visite du Premier ministre du Québec Philippe Couillard, déclaré vouloir ‘renouveler le logiciel' de la francophonie en s'inspirant de ‘l'exemple nord-américain' selon lequel ‘parler l'anglais renforce la francophonie'! Ouf!», écrit cet organisme sur son site ». (3)

La francophonie et l'arabophonie

On pourrait se demander pourquoi l'Algérie veut prendre la défense de la langue arabe en France en lieu et place de plusieurs pays arabes qui sont dans la francophonie. Pourtant l'un des vecteurs de l'acculturation croisée, en l'occurrence la langue arabe , perd elle aussi du terrain en France. Ce que dit Assia Djebbar est important, en ce sens que la langue arabe est consubstantielle de notre personnalité. L'enseignement de la langue arabe est ancien sur le territoire français. Il remonte à l'époque de François 1er. L'agrégation d'arabe fut créée en 1905. A l'époque, l'enseignement de l'arabe était essentiellement lié au phénomène colonial. Durant la période coloniale, la politique «intégro-assimilationniste» de la puissance coloniale fut en grande partie menée contre la langue arabe. Après la décolonisation, la langue arabe continua d'être enseignée et en 1975 le Capes d'arabe fut créé. Depuis, l'arabe semble appelé à connaître un déclin inéluctable. En 2005, la session du Capes d'arabe a été supprimée Pourtant, la langue arabe ne peut pas être considérée comme une langue «rare» puisqu'elle est parlée par plus de 250 millions d'individus dans le monde et qu'elle est la langue officielle de plus de vingt pays (.. ;) L'éducation nationale en France considère que l'arabe est une langue étrangère alors qu'elle fait partie intégrante du patrimoine culturel de millions de Français. Elle est usitée dans les familles, dans les cages d'escaliers, dans les quartiers. Elle domine dans les banlieues, dans les prisons. Pourtant, elle n'est pas enseignée à l'école primaire, elle est marginalisée au lycée. L'arabe en France est la langue des sous-scolarisés et des savants.»(3)

Etat des lieux de l'usage du français en Algérie

Avant 1962 l'enseignement du français à dose homéopathique faisait que les Algériens étaient des voleurs de feu selon l'élégante expression de Jean Amrouche. Ce fut pour nous la la langue du roumi mais aussi la langue pain On dit que les Algériens sont comme monsieur Jourdain ils font de la prose sans le savoir, ils «font de la francophonie» sans le savoir. Ils contribuent efficacement au rayonnement de la langue française sans y émarger ou attendre un quelconque subside. Les Algériens font autant pour la diffusion de la langue française -belle langue au demeurant- que plusieurs pays faisant partie de la liste des pays francophones sans plus mais qui, au premier vent défavorable, tournent casaque, comme c'est le cas des pays de l'Est ou des pays anglophones. L'usage du français – véritable butin de guerre pour Kateb Yacine que nous avons préservé sans réciprocité est quotidien. C'est un lieu commun que de dire que l'Algérie est le deuxième pays francophone. Qu'est-ce que cela veut dire au juste? C'est d'abord l'enseignement du français depuis l'indépendance d'une façon intensive avec des fortunes diverses mais tout de même déterminée à telle enseigne qu'il y avait à l'indépendance moins de cent mille francophones- il y a de nos jours plus de 12 millions - d'autres sources parlent d'un tiers des Algériens- qui, d'une façon ou d'une autre, parlent le français de Voltaire . C'est le rai, le cinéma… Ce sont des centaines de mots arabes notamment algériens qui sont passés dans la cagnotte de la langue française..

La génération de l'indépendance qui a été acculturée à son corps défendant s'était faite un point d'honneur d'être partout autant que possible malgré tous les obstacles, à l'école ou au lycée, la première notamment en orthographe et en mathématiques. En discutant avec des collègues universitaires français il m'est arrivé de les reprendre gentiment quand ils se prenaient les pieds dans des subjonctifs pas commodes. J'étais étonné de leurs « insuffisances » et ils étaient étonnés de constater que l'enseignant des sciences dures, paléo-bougnoule que j'étais, venu du plus profond du bled se permettait de leur apprendre la fameuse poésie de Malherbes : « Et rose elle a vécu ce que vivent les roses l'espace d'un matin » ou encore la belle poésie la ballade des pendus de François Villon Nous sommes à nous demander, en le paraphrasant mais où est la langue d'antan ? La Révolution de 1789 nous a accompagnés par le vent de liberté qu'elle avait déclenché. Bien plus tard au collège nous récitions le Chant des Partisans pendant que les valeureux moudjahid se battaient pour arracher l'indépendance du pays . Bref tout a été fait par le pouvoir colonial pour magnifier la langue française, l'histoire de France et faire apparaitre les indigènes que nous étions comme des êtres in-civilisés. Il nous fallait cependant nous battre avec les armes de la colonisation pour avoir des chances d'émerger après un parcours du combattant à travers les interstices de tolérance du pouvoir colonial

Les humains dit on ne sont pas seulement eux-mêmes , ils sont aussi le milieu où ils sont nés , le foyer ou la chaumière où ils ont appris à faire les premiers pas, les contes qu'ils ont entendus de leurs grands-mères, les poètes qu'ils ont lus les auteurs qui ont bercé leurs enfances au point de les mettre sur des piédestaux comme ce fut en l'occurrence les auteurs du Moyen âge au XIXe siècle qui ont bercé notre enfance, notamment décrits dans le Lagarde et Michard C'est enfin les instituteurs « ces hussards noirs de la République » Ces instituteurs, on ne le rendra jamais assez justice pour avoir traversé le no man's land qui nous séparait des européens d'Algérie Ils nous ont appris outre le bon usage du français, le bel usage du français.

La francophonie du XXIe siècle entre l'Algérie et la France

La France apprécie-t-elle à sa juste mesure l'apport inconditionnel des millions d'Algériennes et d'Algériens qui, qu'on le veuille ou non, font plus pour la langue française que des dizaines de pays qui émargent au râtelier de la Francophonie ? Il faudra bien qu'un jour «on rende à César ce qui appartient à César», en reconnaissant à l'Algérie un rôle majeur dans la diffusion du français.

C'est toute la littérature algérienne d'expression française, c'est une cinquantaine de quotidiens francophones, c'est 80% des vols des Algériens vers la France, c'est des milliards de dollars pour le tourisme c'est enfin le marché algérien qui fait que la France est le deuxième partenaire depuis l'indépendance malgré toutes les vicissitudes. Quand on parle français, on consomme français, on roule français et ceci malgré la mondialisation. De la même manière, la culture francophone est toujours prégnante, notamment dans la fonction publique que nous avons héritée pour le meilleur et pour le pire, la littérature, musique, arts plastiques, cinéma, la mode vestimentaire.

Enfin, il ne faut pas cacher la réalité; des dizaines de milliers d'universitaires, ingénieurs, médecins… s'installent en France, participant de ce fait au dynamisme scientifique de la France et ceci sans que la France n'ait déboursé un maravédi à l'Algérie qu'il faut rappeler et les normes de l'Unesco l'attestent, près de 100.000 dollars pour la formation d'un universitaire. Mieux encore, l'Algérie participe enfin à l'enrichissement de la langue française en y apportant de nouveaux mots qui ont été adoptés. Cette acculturation croisée est peut-être un signe que la vitalité d'une langue a besoin de sang exogène pour conjurer son dépérissement. Malgré cela, la France des arts, des armes et des lois selon du Bellay fait une sélection incompréhensible. Il nous parait qu'il est plus facile d'obtenir un visa commercial qu'un visa pour les intellectuels, notamment les enseignants.

Tout d'abord et pour toutes les raisons, deuxième pays francophone, pays arabophone et amazighophone, l'Algérie ne peut pas et ne devrait pas de mon point de vue être traitée comme les autres pays pour ce qu'elle fait pour la langue française En tant qu'universitaires qui, pendant des dizaines d'années, avons enseigné en français, nous sommes nombreux à penser que la France doit développer une relation spéciale avec l'Algérie au nom de l'histoire des liens de sang tissés, du sang versé sans rapport dominant dominé mais avec une parole désarmée et une réelle volonté de faire un aggiornamento de notre histoire commune pour la reconnaissance du fait que la colonisation ne fut pas un long fleuve tranquille

La « reconnaissance objective» de l'Algérie pour la France passe par la résolution des contentieux en premier lieu, la restitution sans condition des restes des patriotes algériens qui sont entreposés dans les musées de France et de Navarre, C'est aussi la mémoire constituée par toutes archives qui contribueront certainement à la sérénité des relations , c'est enfin cette diaspora trait d'union qui peut être un vecteur de stabilité et vivification de la langue dans une acculturation apaisée

Un signe fort et symbolique serait celui de la mise en place d'une grande bibliothèque numérique qui contribuerai ce faisant à l'apaisement des mémoires, par la restitution sous une forme ou une autre des fonds d'archives .

Souvenons nous ! Quand Mitterrand a inauguré la Bibliothèque d'Alexandrie, les députés égyptiens anglophones qui se sont fait traduire son discours l'ont acclamé debout Pour rappel il faut bien le dire que l'armée d'invasion a brûlé en 1837 la bibliothèque de Sidi Hammouda Constantine et comme rapporté par Adrien Berbrugger : « chaque soldat voulait avoir «son Coran» et que faute de bois, on allumait le feu avec les ouvrages. » .Dans le même ordre du plaidoyer il est utile de rappeler qu'un matin de juin 1962 , le cadeau de l'OAS a pris la forme d'un gigantesque incendie. Ce furent 600.000 ouvrages de la Bibliothèque d'Alger dont certains uniques, qui furent dévorés par le feu.

Si on y ajoute la mise en place d'une présence culturelle digne de ce nom en France dans sa double dimension arabe et amazighe, rien ne s'opposerait alors de mon point de vue à l'acceptation par l'Algérie de donner la pleine mesure de son talent au sein de la Francophonie.

Cependant et pour terminer la question qui se pose est la suivante : La francophonie devra –t-elle continuer à être une sorte de « françafrique » par d'autres moyens ? Ou doit elle s'affranchir du passé pour aller vers l'universel ? De notre point de vue si elle veut perdurer la francophonie ne doit pas se départir de sa fonction culturelle qui devrait sans condescendance favoriser le dialogue des cultures qui peuvent s'exprimer en langue française tout en favorisant une altérité croisée par un accueil bienveillant des autres expressions linguistiques.

Note

1.Abdelkader Kherfouche http://orientxxi.info/magazine/l-heritage-colonial-de-la-francophonie,1356,1356

2.Chems Eddine Chitour https://www.mondialisation.ca/francophonie-que-peut-faire-de-plus-lalgerie/5304176

3.https://www.huffingtonpost.fr/2018/03/25/macron-recoit-un-prix-quebecois-parodique-pour-ses-propos-sur-la francophonie_a_23394921/?

*Professeur

Ecole Polytechnique Alger