Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

«Casgoule»

par El-Guellil

Parler au cellulaire en conduisant est dangereux. C'est verbalisé. «Attends bébé, je te rappelle, il y a la police au carrefour.»

«Dire la ceinture khouya, je risque mon permis de conduire». C'est récent «le port de ceinture obligatoire» quand on est en bagnole. Mais ça marche. C'est devenu un réflexe chez le chauffeur, comme pour celui qui s'embarque à ses côtés.

Mais conduire une moto sans porter de casque ne semble déranger personne!!! Une expérience d'autant plus périlleuse si on pratique cette activité sur nos routes.

Beaucoup de mobylettes, des centaines, des milliers peut-être, sont en circulation. Rarement, on les voit porter des casques. Pourquoi ne sont-ils jamais verbalisés? Y a-t-il une tolérance particulière?

Les policiers sont-ils les seuls à ne pas les voir? Une politique énergique dans ce domaine, comme ça été le cas pour le port de la ceinture, permettrait de faire bouger les choses rapidement. Encore faut-il que cette volonté existe… C'est plutôt :«Vous refusez de mettre un casque en moto ? moutou si vous le désirez !» Deux adolescents sur une mobylette. L'un derrière l'autre. Ils circulent très doucement, très près du trottoir. Celui qui est derrière n'arrête pas de scruter les piétons. Et… hop, il arrache le sac des mains d'une jeune fille, elle a juste de temps de s'en apercevoir qu'ils sont déjà très loin.

Alors faut-il les obliger à porter des casques qui leur serviraient de cagoules, de cacher leur visage et ne pas être reconnus ? Non puisque même à visage découvert, ils bravent tout. Au contraire. Rendre obligatoire le port du casque permettra un contrôle de ces motards qui circulent sans. Le propriétaire d'une moto devrait posséder deux casques s'il veut embarquer son acolyte pour un quelconque vol à l'arraché. Cela permettrait aussi aux piétons de faire attention dès qu'ils sont approchés par une moto transportant deux individus «casqués…».