Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

LA CORRUPTION N'EST PAS UN COMPLOT

par M. Saadoune

Devant les révélations d'affaires de corruption, une sorte de réflexe automatique consiste à les expliquer par les luttes de clans. On s'interroge moins sur la véracité des faits incriminés -- souvent d'une extrême gravité - que sur l'usage qu'un tel clan pourrait en faire au détriment d'un autre. Ce réflexe s'explique par la conviction très largement répandue en Algérie qu'il n'existe pas de journalisme d'investigation et qu'il n'y a que des fuites organisées…

 Des journaux algériens ont publié des dossiers lourds mais personne ne les crédite d'un talent particulier d'investigation, ni d'une grande témérité. Ils sont des «relais» et le plus souvent avec des garanties qu'ils ne subiront pas des représailles… Ces affaires posent un sérieux problème professionnel et éthique. Décider de les ignorer au motif qu'elles servent un «clan» contre un «autre» est-il moral ? N'est-il pas plus «éthique» d'informer ? Si des clans se livrent une guerre par dossiers interposés, pourquoi choisir de l'occulter, à plus forte raison quand on sait que les règles de l'omerta en Algérie ne cèdent qu'au moment des disputes politiques ? C'est à ce moment que les sources généralement «bien informées» ou «proches des dossiers» se mettent à être loquaces. Le réflexe qui consiste à refuser de se faire le jouet d'un clan contre un autre est légitime mais…

 L'idéal serait que les sources soient clairement citées et identifiées afin d'éviter le soupçon de manipulation. On sait que cela n'est guère possible en Algérie. On peut choisir d'informer en disant qu'il ne sert à rien d'essayer d'ignorer des informations qui de toute façon sortiront quand ceux qui les détiennent décideront de les mettre sur le marché. Ce dilemme présumé cornélien que l'on retrouve chez les journalistes n'est pas insoluble : il faut être partisan de la diffusion de l'information. Les informations sur la corruption ne sont pas réductibles à un usage clanique, elles sont révélatrices de l'ensemble d'un système de gouvernance. Les clans se partagent peut-être des territoires et des domaines, mais la corruption est une affaire de système. C'est pour cela qu'il faut en parler et ne pas être neutralisé par l'idée que cela profite à un clan contre un autre.

 Il y a un grave problème de gouvernance, de transparence, de reddition de comptes et d'incapacité institutionnelle à s'attaquer à une corruption qui mine le pays comme un cancer. Au niveau populaire quand les affaires pullulent dans les journaux, la tendance est d'abord à l'effarement devant la légèreté avec laquelle le bien commun est accaparé et détourné par ceux qui en ont la charge. On ne s'interroge pas sur un clan en particulier, on constate la défaillance politique et morale de l'ensemble du système. Au demeurant pour les affaires ENI-Saipem ou SNC-Lavalin, la question du «clan» n'a pas de raison d'être. Ce sont des juges suisses, italiens ou canadiens qui sont à l'origine de ces affaires, ils ne sont pas informés ou manipulés par un clan algérien en guerre contre un autre.

 LES INFORMATIONS SONT SUFFISAMMENT DISPONIBLES POUR NE PAS SE LAISSER ALLER A DES FICTIONS COMPLIQUEES. CES JUGES NE CHERCHENT PAS A BALAYER DANS LES COULOIRS DU SYSTEME ALGERIEN, ILS NETTOIENT CHEZ EUX, AVEC LES MOYENS DE LA LOI. ET SI UNE AFFAIRE SONATRACH 2 EST INSTRUITE EN ALGERIE, ELLE A ETE DECLENCHEE, SELON LE DERNIER COMMUNIQUE DU PARQUET, SUITE A DES COMMISSIONS ROGATOIRES «INTERNATIONALES PARVENUES AUX AUTORITES JUDICIAIRES ALGERIENNES DE LA PART DE LEURS HOMOLOGUES ETRANGERES». LES AFFAIRES PEUVENT BIEN ETRE EXPLOITEES PAR LES CLANS, ELLES N'EN SONT PAS MOINS LE REFLET DE LA LAIDEUR MORALE D'UN SYSTEME. ET C'EST POUR CETTE RAISON QU'IL FAUT INFORMER LE PLUS POSSIBLE. LE RISQUE D'UNE INSTRUMENTALISATION CLANIQUE, TOUJOURS POSSIBLE VOIRE PROBABLE, NE DOIT PAS JUSTIFIER LA RETENTION DE L'INFORMATION. LA CORRUPTION EN ALGERIE EST UN FAIT POLITIQUE AUSSI GRAVE QUE ROUTINIER, ELLE N'EST PAS UN COMPLOT.