Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Ce sont nous qui sommes vraiment «fatigués»

par Kamel Daoud

Y a-t-il eu fraude ou pas pour ces législatives ?

Question désormais inutile car c'est trop tard. Les élections étaient propres selon les gagnants, « bonnes mais… », selon l'Occident, douteuses selon le FFS, pas propres selon l'alliance verte, fraudes massives selon le holding FIS-Menasra. Dans l'élan, Louiza Hanoune la trotskyste a parlé même d'élections staliniennes. Cela rime. A-t-on bourré les urnes, les têtes, les esprits ou le trou par où passe la lumière de demain dans la salle obscure d'aujourd'hui ?

Et les Algériens ? Qu'est-ce qu'ils en pensent ? C'est selon. Certains disent que les Algériens ont voté pour Bouteflika et pas pour le FLN mais qu'on ne peut pas séparer les deux. D'autres disent que cela ne fait rien puisque l'essentiel est que les islamistes n'ont pas gagné et qu'on se retrouve à l'abri du « printemnistan ». D'autres pensent que ce n'est pas leur affaire et d'autres s'occupent de leurs affaires, justement.

Dans l'ensemble, la question est sans réponses car sans preuves : on ne peut pas croire un menteur ni prouver une croyance ni dire que ce n'est pas la vérité.

Le Régime a peut-être fraudé mais avec sophistication et intelligence, selon des intuitions ou des surenchères. Les Algériens ont peut-être voté en masse ou sous la masse. Le FLN a peut-être gagné mais pas autant ou vraiment autant. Cela ne sert à rien de s'y attarder. Le pays est divisé en deux désormais : ceux qui croient à tout, ceux qui ne croient à rien.

La bonne question, la vraie et la plus importante est désormais celle-ci : Bouteflika tiendra-t-il sa promesse de transmettre le pouvoir des vieux aux jeunes Algériens, comme il l'a dit, lors du discours du 08 mai dernier ? Verra-t-on des ministres de moins de 40 ans, des walis de 35 ans et des diplomates de 30 ans, vifs, aptes, habiles et pas malades et traînants ? Bouteflika pourra-t-il rajeunir le pouvoir en commençant par la Présidence ? A-t-il les moyens de pousser à la retraite ses ministres dont la moyenne d'âge biologique est de 70 ans et la moyenne d'exercice est de 15 ans ? Pourra-t-il quelque chose contre l'un de ses ministres qui est en poste depuis 22 ans ?

Car justement, à son aveu « nous sommes fatigués ! » en parlant de sa génération, on peut répondre de même : nous sommes, nous les jeunes de ce pays, fatigués. Vous nous avez fait vieillir avant la vieillesse. On attend depuis si longtemps que nous avons pris retraite justement, que le flambeau est devenu une allumette pour immolés et le pouvoir un faux dentier.

Vous nous n'avez pas enseigné votre histoire et, pire, vous n'avez pas compris la nôtre.

Du coup, on est usé, écrasé, ridé, ratatiné et on a les mains qui tremblent, la voix qui s'éteint et les os qui ne tiennent plus que par le lien du prénom et le ligament du souvenir.

C'est cela la bonne question : les Vieux de la gérontocratie vont-ils lâcher le morceau ? A peine. Ou si peu ou même pas. Ce qui se dessine est une prolongation de la vie de centenaires et un raccourcissement des espoirs. A l'évidence, le premier bénéfice de cette élection est le Temps, pour certains. Du temps gagné. Du temps à perdre pour leurs opposants. Du temps qui passe pour les indécis et les assis.