Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

A comme Algérie 22, V comme vaccin iii

par Mimi Massiva

« La médecine a tellement fait de progrès que plus personne n'est en bonne santé. » (Aldous Huxley)

«Qui ment ? » La Question car c'est la santé des générations à venir qui est en jeu. Comment est-on arrivé à se la poser alors que nous ne savons même pas si génération à venir y est, quand on voit l'état de notre planète. Qu'il s'agisse de politique ou de science, un scandale chasse un autre avec panache, l'info vire à l'intox et la vilaine vérité s'acoquine au gentil mensonge. Le vocabulaire, modernisé jusqu'au vice, signe : « responsable, mais pas coupable. » Traduction : Le coupable n'est pas le responsable. Et pour couronner le tout, on ouvre les yeux en momie dans un sarcophage. Nous ne sommes pas en voie, mais dans la 6ème extinction et seuls les mammifères de moins de 3kg peuvent survivre, affirme l'astrophysicien, Hubert Reeves. Avec le même sourire et sans transition, hier, ce favori des médias enchantait les enfants studieux sur France TV en leur parlant de la beauté des étoiles. Au cancre de se demander comment et pourquoi est-on arrivé là c'est-à-dire suspecter le miracle pour tous de la médecine moderne : le vaccin obligatoire.

Le biologiste Jean Rostand disait que l'obligation de subir donne le droit de savoir. Nous ne savons rien et le plus inquiétant c'est les indemnisations des victimes et la radiation des traîtres qui se font leur avocat. L'affaire qui concerne tout le monde se règle avec des sous entre-deux. Etonnement et incompréhension de la foule ballottée d'un ‘no comment' à un autre. D'après le Vaers, aux USA , plus de 1.000 milliards de dollars ont été versés depuis 1990 pour les dégâts causés par le vaccin. Le payeur n'est pas le vaccinateur, mais le vacciné, le contribuable avec ses 75 cents en conformité avec la loi du Programme de Compensation des accidents votée par le Congrès américain sous la présidence de Reagan puis Bush Jr (14). La loi (Prepa) qui garantit l'immunité aux laboratoires pharmaceutiques est considérée comme « une licence virtuelle de meurtre .»

Les Blouses blanches ont pris, donc, la place des prêtres de l'Inquisition, des émirs égorgeurs : pour ou contre ?! Tête coupée ou épargnée ?! Einstein l'avait prévu : « Il faut prévenir les hommes qu'ils sont en danger de mort…la science devient criminelle. » Idem pour le Dr Benjamin Rush, médecin de Georges Washington et signataire de la Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis en 1776 : « À moins que nous n'incluions la liberté thérapeutique dans notre Constitution, la médecine installera, un jour, une dictature que nous sommes incapables de concevoir pour le moment. »

Exemple : Vous soupçonnez votre boulanger de mettre quelque chose de malsain dans sa farine. Il vous réplique, qu'au contraire, c'est grâce à son pain que vos gosses ne sont pas malades. Etant plus fort et plus riche donc plus respecté, il vous détruit socialement ou vous offre de l'argent pour la boucler. À aucun moment, il n'avale un pain devant vous pour vous prouver que vous n'êtes qu'un emmerdeur doublé d'un jaloux. Ni qu'il propose l'avis d'un tiers afin d'analyser l'objet du délit et prouver son innocence. Vous prenez l'argent et au diable le reste. Le pire, c'est que vous n'avez pas le choix. « La main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit », remarquait Napoléon. Tout en précisant : « j'ai goûté au commandement et je ne saurais y renoncer. » La justice s'est décapitée avec son glaive le jour où elle a inventé les indemnisations pour éponger le crime avec du papier.

Au Paradis, il y a les anges et les démons…riches. Derrière tout vaccin, peut se cacher un autre encore plus surprenant. « Qui ment ? » C'est la question posée, en 2014, au sujet du vaccin contre le tétanos au Kenya (plus de 2 millions de femmes concernées). Dans le journal canadien ‘lifesitenews', le porte-parole de l'Association des médecins catholiques, le Dr Muhame Ngare donne les détails : « Nous avons envoyé 6 échantillons venant de différents endroits du Kenya à un laboratoire sud-africain. Tous ont révélé la présence d'un antigène HCG. » (15) Le rôle de l'hormone HCG dans le corps de la femme enceinte est de protéger le fœtus d'une attaque du système immunitaire, ennemi de tout corps étranger. Le vaccin contenait un élément qui bloque cette hormone entraînant les fausses couches. Sans surprise, le ministre de la Santé Kenyan hurle au complot. Le Dr Ngare réplique : « Soit ce sont eux qui mentent, soit c'est nous, mais posez-vous la question : quel intérêt les médecins catholiques auraient-ils à mentir ? Ils sont dans le pays depuis plus de 100 ans, ils vaccinaient avant même que ce pays existe. » Le docteur Ngare aborde les anomalies du vaccin : -a : 5 injections étalées sur 2 ans. - b : un vaccin exclusivement pour les femmes. L'Association des médecins catholiques du Kenya gère 54 hôpitaux, 83 centres de santé et 17 écoles de médecins et infirmiers. En résumé, les évêques du Kenya accusent l'ONU de procéder à une réduction de la population. Quand les Talibans étaient au pouvoir en Afghanistan, ils interdisaient la vaccination sous prétexte que les Américains voulaient stériliser les femmes musulmanes. En Algérie, un autre Islam, les autorités comptent sur l'imam pour rendre halal la pilule vaccinale.

C'est vrai que nous avons une Algérienne sur 2 qui ne trouve pas de mari donc stérilité assurée naturellement, 1 million de bébés qui naissent chaque année et un système de Santé qui n'arrive même pas à assurer la santé du Premier magistrat, l'Algérie est vraiment un pays ensorcelé et magique à la fois… Au Mexique en 1994, le comité Pro Vida a été surpris de constater que la vaccination antitétanique était réservée cette fois-ci aux hommes. L'analyse conclut à la présence d'un élément pathogène qui n'a rien à voir dans la seringue. En 1995, aux Philippines, la Ligue des femmes catholiques a fait appel à la justice pour stopper le programme antitétanique de l'Unicef qui contenait la fameuse hormone HCG. 3,5 millions de femmes concernées, silence total des grands médias. Robert F. Kennedy Jr estime à 5,7 milliards de dollars par an la somme versée pour les neutraliser.

On peut aussi les priver de la Pub ou carrément les racheter. Pour les antisystèmes purs et durs ou sans grand intérêt, ils finissent comme SDF à mendier sur le web un abonnement d'1 euro pour survivre. « La manipulation médiatique aux USA est plus efficace qu'elle ne l'était dans l'Allemagne nazie… », affirme Mark Crispin Miller, professeur de journalisme New York. En mars 2009, la revue ‘Anesthesiology News' a révélé que depuis 1996, un anesthésiste américain, le Dr Scott Reuben a publié 21 articles bidon sur les bienfaits de molécules miraculeuses et des millions de personnes les ont avalées faisant augmenter la fortune des géants pharmaceutiques comme Merck, Pfizer, Wyeth… Réussite spectaculaire au point où la presse américaine l'a qualifié de « Dr Madoff de la pharmacie ». Sylvie Simon affirme qu'elle a rencontré des dizaines d'autres charlatans au-dessus de tout soupçon, lors de ses enquêtes. D'après cette spécialiste qui dénonce les meurtres sur ordonnance, plus le mensonge est gros plus il passe.

Au Mexique, le 9 mai 2015, dans la communauté indigène du Chiapas, sur 52 enfants vaccinés (BCG et hépatite B), 2 bébés sont morts et 29 hospitalisés (l'ANSM, agence du médicament). Résultat, les villageois ont dû cacher leurs rejetons plus âgés à la maison par peur du vaccin de l'école. Ils s'octroient le droit de piquer votre enfant sans votre consentement. On ne peut même pas les accuser de racisme puisqu'ils achèvent aussi les Blanches avec le vaccin contre le cancer du col de l'utérus, le Gardasil sans oublier le moins célèbre et plus dangereux, le Cervarix. « Qui ment ? »Ils mentent au moins au sujet du mot « cancer » pour le vaccin du col de l'utérus dont ils n'ignoraient pas la dangerosité.

D'après le professeur en biologie, Michel Georget, au cours des études cliniques, avant sa commercialisation, 5 femmes tombées enceintes 30 jours après les vaccinations ont eu des bébés anormaux. Et devinez qui est le coupable après ?: « Mais Madame, ce n'est pas le laboratoire qui vous a obligée à faire ce vaccin à votre fille, c'est vous qui avez pris cette décision. Vous n'avez qu'à vous en prendre à vous-même.» (16) C'est vrai que parfois avec un peu de chance et une bonne nationalité, il vaut mieux avoir un gosse infirme à la suite d'un vaccin que naturellement. Il suffit de voir la pension réservée aux nés handicapés. Quant au fameux vaccin contre l'hépatite B, normalement réservé aux prostitués (es) et aux drogués, concerne aussi les nouveau-nés, au grand bonheur du fabricant, le laboratoire américain Merck. Il faut dire que le scandale du Voxx a creusé les caisses de Merck. Où trouver le Saint-Graal en dehors d'un super vaccin de 0 à 90 ans obligatoire pour tous ?! Voxx est un médicament antidouleur et anti-inflammatoire, commercialisé de 1999 à 2004, a causé aux USA plus de 300.000 morts, 160.000 crises cardiaques et attaques cérébrales et cetera… Qui ment ?

L'histoire du vaccin est l'histoire d'un mensonge avec Pasteur qui n'a rien inventé encore moins le vaccin, mais par contre il a beaucoup menti jusqu'à interdire l'accès à ses notes pour préserver de la curiosité le pot aux épines. Pendant 20 ans, le professeur d'histoire des sciences et de la médecine de l'Université de Princeton, Gerald Geison, a réussi à étudier ces notes secrètes. Et ce n'est qu'en février 1993 que le magazine ‘Science' a dénoncé « L'Imposture pasteurienne ». Dans le New England Journal of Medicine, on recommande avec ironie aux Français de réévaluer leurs héros… plutôt que de se cramponner…à des mythes… Pourtant, en France, des médecins intègres l'ont fait à leurs dépens. L'Histoire de la République les a punis en les gommant de ses pages. Exemple, le Pr Michel Peter lançant à ses pairs de l'Académie : « Monsieur Pasteur ne guérit pas la rage, il la donne ! » De Pasteur à Big Pharma, de la loi du silence au silence on vaccine. Dès le début, on savait. Sans les notes de Pasteur, on savait. Il suffisait de comparer la santé des vaccinés et des non vaccinés, de lire les chiffres, de dépoussiérer les dossiers.

L'Europe, Lumières ou pas, est un continent de l'enquête, de l'écrit, des archives sur des kilomètres. Même les Inquisiteurs ont rédigé les procès des sorcières et ont veillé à leur conservation. Depuis le début, le vaccin n'était pas une affaire de santé, mais d'argent. Pas étonnant qu'on assiste à une bulle vaccinale comme la bulle financière. Dans ce domaine comme en politique, le scandale n'éclate que quand l'intérêt d'un Big s'oppose à son compère. Et pour cause, le vaccin trône au-dessus de tous les médicaments et « médicamenteurs », son prix flambe et comme la Bête a pensé à tout, impossible de le copier. Dans ce combat de géants, les Etats, otages des politiciens, se transforment en lobbies.

En Italie où il y a la mafia, mais aussi des juges, le ministre de la Santé, Francesco de Lorenzo, a touché 600 millions de lires de la part de GSK pour rendre obligatoire le vaccin de l'hépatite B. Ainsi que plus de 60 millions pour le Pr Dulio Poggiolini, ancien président de l'Ordre des médecins et cetera (17). Dans les pays où il y a que des juges pour le troupeau, c'est compliqué de refuser d'offrir le Bon Dieu au berger, avec ou sans confession. En France où la ministre de la Santé est dans tous ses états, un « complotiste » sur le web, forcément sous pseudo, lui conseille de boire à la télé deux verres : l'un d'aluminium et l'autre de mercure. Histoire d'arriver à ses fins… A la désillusion intérieure, s'ajoute celle qui s'étale aux 4 coins cardinaux: « Nous voici, de nouveau, devant un paradoxe où, malgré le triomphe des communiqués médiatiques sur les progrès de la médecine, nous arrivons à créer une mauvaise santé dans des populations qui se défendent moins bien contre les microbes et les virus…

Ne serait-il pas utile de remettre en question une politique de santé qui n'a pas fait ses preuves à long terme… et dont la stratégie globale échoue ? », s'interroge le Dr Emile Plisnier (18). Avant d'ajouter : « On nous a affirmé, sur la base de statistiques éprouvées, que les vaccinations étaient efficaces contre les maladies…la rougeole, la tuberculose, la coqueluche, la diphtérie…Or quand on regarde, attentivement, les courbes de mortalité dans ces différentes maladies, avant l'introduction des diverses vaccinations… on observe régulièrement que leur fréquence avait déjà diminué à un rythme constant, par suite de l'hygiène et de l'amélioration des conditions de vie… » En précisant : «… la raréfaction des maladies aiguës, qu'elles soient supprimées par les antibiotiques ou prévenues obsessionnellement par les polyvaccinations, comporte des avantages immédiats (disparition de la fièvre, soulagement rapide des douleurs, reprise précoce du travail) mais au détriment de la santé générale, à plus long terme. »

Le docteur remarque que déjà en 1953, à l'Université de Bruxelles où il terminait sa médecine, leur professeur de pédiatrie les incitait à beaucoup de prudence dans l'utilisation des antibiotiques pour préserver leur avenir thérapeutique. Dans « Vous et Votre Santé », le Dr Louis Bon De Brouwer va dans le sens de son confrère : « Du fait des vaccinations, les individus sont devenus de véritables réservoirs à virus et leurs défenses immunitaires sont tellement amoindries que des nouvelles affections incurables et gravissimes apparaissent chaque jour. » Et cetera et cetera. Vaste est la prison, dit la chanson berbère, vaste est l'imposture qui a saboté le système immunitaire de toutes les espèces : végétale, animale et humaine. Les OGM avalés, désormais injectés. « Les nouveaux vaccins sont, maintenant, issus d'OGM et de produits de synthèse. Or le vivant ne reconnaît pas ces molécules et ne sait pas les traiter…Les vaccinations ne sont évidemment pas protectrices, mais vectrices de maladies lesquelles, même si elles ne sont pas visibles, immédiatement, peuvent se déclarer à moyen ou long terme, affectant la qualité de vie, la résistance au stress, ouvrant la porte à toutes les pathologies qui caractérisent notre époque… depuis la vaccination de masse... » (19) Cancer, sida , Alzheimer, asthme, etc... » L'asthme est devenu la maladie numéro 1 dans la pathologie infantile. L'OMS confirme que dans l'ensemble de l'Europe occidentale, chez les plus vaccinés, l'asthme a doublé en 10 ans. Aux USA, depuis les années 1980, le nombre d'asthmatiques a augmenté de plus de 60 %. Au Japon (3 millions), en Australie (1/6 de moins de 6 ans)... Pourquoi tant d'enfants asthmatiques ? S'interroge Sylvie Simon en relatant l'enquête d'un journaliste d'investigation aux USA, Dan Olmsted. Il voulait savoir le nombre d'enfants autistes chez les Amish de Pennsylvanie. Une communauté aussi hostile aux vaccins que les talibans.

D'après le pourcentage national d'autistes,     il aurait dû trouver 130 autistes, il n'en trouva que 4. Le premier avait été exposé à un fort taux de mercure et les 3 autres étaient vaccinés. Le Dr Mayer Eisenstein, directeur médical de l'Organisation des médecins qui accouchent les femmes chez elles depuis 1973 (Homefirst Health Services) affirme : « Depuis des années, que nous avons suivi 30 à 35.000 enfants depuis leur naissance, et nous n'avons jamais rencontré un seul cas d'autisme parmi les enfants qui n'ont jamais reçu de vaccin. » Idem pour le pédiatre, spécialiste de l'autisme, Jeff Bradstreet et la liste est longue. Contrairement à la France, le lien entre le fameux vaccin « inoffensif » le ROR et l'autisme a fait scandale en Angleterre (plus d'un enfant sur cent est autiste), au Japon, en Finlande où les victimes se multiplient par 2 alors que la population n'augmente que de 3%... On l'appelle autisme répressif, l'enfant est normal et une fois vacciné, il régresse.

On a trouvé dans l'intestin de ces enfants le virus de la rougeole, tous normaux avant leur vaccination d'après le Journal of American Physicians and Surgeons du 9/06/2004. En Espagne frappée par la crise économique, on a retiré en urgence le 14/02/2009, 75.582 doses de Gardasil après l'hospitalisation de deux adolescentes. Comme aux USA, les 211 millions d'euros de perte seront payés par les contribuables. On parle de 150 vaccins y compris celui de l'obésité pour le grand bonheur de l'industrie de la malbouffe. Le sujet est inépuisable et « la meilleure façon de faire consommer de la médecine est de nourrir la légende du corps fragile et de ses agresseurs surpuissants. » (20) Et d'y ajouter l'humanitaire pour être encensé.

Dans le livre « Vaccins mensonges et propagande », on peut lire que dès 1984, la France a créé pour l'Afrique une double structure : une Bioforce civile pour l'humanitaire et une militaire pour l'intendance. La première mission de cette double baraka consistait à vacciner 15.000 enfants à Madagascar. Ce qui a permis aux laboratoires Mérieux de liquider leurs stocks de vaccins avec le partenariat de l'Institut Pasteur et le Centre de transfusion sanguine. « La première action de Bioforce fut d'entamer une campagne de vaccination sur une population exsangue, très exposée aux maladies infectieuses. (Le magazine Géo de septembre 1984) Et l'auteur de remarquer : «… les pays « développés » envoient des vaccins dans les pays pauvres, où les enfants meurent de faim et de manque d'hygiène, plutôt que les aider à avoir de l'eau propre et de la nourriture… » Le Pr Onitotsho dans Impact médecin (16/12/1991) déclare : « Le Zaïre a été le premier pays africain à ouvrir ses portes aux chercheurs. J'ai vu d'un côté les bibliothèques se remplir et d'un autre la population se vider…» Sur FR3 dans La Marche du siècle (30/10/1991), il dénonce une « expérimentation sauvage » pour parler des équipes françaises qui vaccinaient de force des enfants. (21) En 2004, BBC two révèle le scandale d'enfants cobayes, sous couvert d'assistanat, aux USA. (22) Pauvres petites « bêtes » vivant chez la Première puissance mondiale, ils ne subissaient pas seulement les vaccins. Pour le Dr Mohamed Bouguerra, de la Fac des sciences, à Tunis, et directeur de Recherches au CNRS : « Les vaccinations massives dans le tiers-monde n'ont pas réduit la mortalité infantile et ont en revanche privé ces pays d'une aide alimentaire de base qui aurait été beaucoup plus précieuse… » Et Sylvie Simon, de conclure : « …ceux qui meurent de la rougeole dans ces pays ne meurent pas de la maladie qui n'est qu'un détonateur, mais de manque d'hygiène, d'eau propre, de nourriture saine, et parce que le système immunitaire n'est plus opérant. La maladie n'est qu'un déclencheur parmi d'autres. »

Dans les Histoires extraordinaires de Pierre Bellemare, on peut lire celle d'un vinaigrier qui est parti offrir son aide à un médecin dans la ville de Marseille ravagée par la peste. Avec ironie et compassion, le docteur lui dit : « En quoi un pauvre vinaigrier peut m'aider là où les plus grands scientifiques ont échoué ? » Et le pauvre bougre de répliquer : « Je ne sais pas, mais tout ce que je sais c'est que dans notre famille nous sommes vinaigriers de père en fils depuis toujours et aucun de nous n'a attrapé la peste alors qu'elle tuait tout autour de nous…» De nos jours, le vinaigre est aussi capable de nous protéger que le vaccin puisqu'il a fini en produit synthétisé. « Les peuples ont décidément des goûts masochistes : autrefois ils se rendaient victimes des prêtres en leur attribuant des pouvoirs médicaux, à présent ils se mettent sous la coupe des médecins en leur attribuant des pouvoirs magiques. » (23)

(14) : La Nouvelle Dictature Médico-Scientifique (Sylvie Simon)

(15) : Scandale au Kenya : un agent abortif caché dans un vaccin (Aleteia, Sylvain Dorient/ 13/11/2014 source : Kenyatoday)

(16) : Vaccin Gardasil rapport : 25132 victimes, dont 110 décès et 826 infirmes (mars 2012) (L'Atelier de la Mémoire de Sylvie Simon 22/06/2013 par Jean-Jacques Bourguignon, père d'une victime)

(17) : Vaccins, mensonges et propagande (Sylvie Simon)

(18) : La Santé Libre (Dr Emile Plisner)

(19) : Post-Face du livre « Vaccins, Mensonges et Propagande » (Jacqueline Bousquet, biologiste, chercheur honoraire au CNRS)

(20) : J'Accuse les Marchands de Peur (Pr Jean-Paul Escande)

(21) : Pr Onitotsho Stanislas Wembonyama, pédiatre à l'hôpital de Lubumbashi au Zaire.

(22) : Documentaire « Guinea Pig Kids »( Enfants cobayes) , BBC Two ( 30/11/2004)

(23) : La Théologie de la Médecine (Dr Thomas S. Szasz, psychiatre et professeur émérite de l'université de Syracuse, New-York)