Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Foot et affaires souterraines

par Mahfoud Amara *

Depuis la Coupe du Monde FIFA 2006, il devient difficile, voire impossible, d'accéder librement dans le monde arabe à des matches de championnat européens et des compétitions internationales de football.

En réaction à cette tendance, une nouvelle communauté virtuelle, et une économie souterraine—parfois au vu et au su des autorités—se développent dans la région pour promouvoir des substituts moins chère, et même gratuit, pour l'accès aux matches; soit par le biais de internet, ou des techniques plus sophistiquées utilisée pour décoder le signal des chaînes de télévision Arabes qui contrôlent les droits de diffusion comme Aljazeera sport et Abu-Dhabi sport. Pour certains ces actions sont légitimes, et même une forme de résistance contre l'hégémonie du marché.

Des forums ce constituent sur le net avec leurs propres code d'usages et de langages. L'objectif de ce chapitre est donc de décrire la dynamique de ces réseaux de jeunes, et de lier cette question à d'autres questions socio-culturelle et politique dans la région.

La « guerre » des chaines de TV par satellite dans le monde Arabe

Selon le récent rapport de Arab Adviser Group sur la télévision par satellite dans le monde arabe, en Avril 2011, le nombre total des chaines satellite en clair a atteint 538, soit une augmentation de 10,5 % qu'en Avril 2010. Plus de deux tiers de ces chaines sont aujourd'hui propriété privée. En termes de répartition géographique, l'Egypte accueille 17,6 % des chaînes en clair. L'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis suivent avec, respectivement, 17,0 % et 14,4%. Middle East Broadcasting Centre (MBC), dont le président est cheikh Waleed Bin Ibrahim Al Brahim (Arabie Saoudite), et le premier groupe –en terme d'audience— de divertissement (information, music, jeux et films) dans le monde Arabe, avec 10 chaines au total. Les Chaînes de télévision internationales sont également présents dans la région; soit directement, en partenariat avec les réseaux de télévision arabes par satellite ou le cable, tels que: Fox International avec Rotana, National Geographic Abu Dhabi avec Media Company, et MTV Networks International avec Arab Media Group; ou indirectement, y compris France24 World, BBC, TRT (la chaine Turque) et Skynews, qui ont tous lancé leurs propre chaînes d'information arabes.

Géographiquement parlant, les pays du Golfe possèdent aujourd'hui un vaste empire médiatique et contrôlent la plupart des programmes satellitaires en langue arabe. L'exemple de Dubaï Media City qui est devenu le foyer de plus de 550 sociétés de médias, y compris des géants mondiaux comme CNN, Reuters, Sony Broadcast & Professional.

Un autre marché qui connaît un boom est celui des chaines payantes, il y'a Orbit Showtime avec le plus grand nombre de chaines (100), dont 13 chaines de Cinéma, 4 chaines de sports et 3 on-demand, suivit par Abu-Dhabi Sport et Aljazeera Sport avec, respectivement, 18 et 16 chaines de sport. Aljazeera vient d'ajouter dans son répertoire 3 chaines diffusant en France (beInsport 1 et 2) et aux Etats-Unis (beInsport USA).

Clairement le sport, surtout l'accès aux grand évènements sportifs (tels que la Coupe du Monde de Football, La Coupe d'Europe, La Coupe d'Afrique des nations, la Champions League, la ligua en Espagne et la Seria A en Italie, NBA, Formula 1), est devenu « le nerf de la guerre » pour les chaines Arabe et étrangères.

La « Bataille » du foot à la télé

2006, c'était la première fois dans l'histoire de la région arabe que la retransmission de La Coupe du Monde, sans doute, l'événement sportifs planétaire le plus populaire, n'étaient pas sous le contrôle directe des télévisions publique Arabe (dirigées par les Ministères de la Culture, des Médias et de la Communication). La libéralisation des médias dans la région arabe a entraîné une augmentation phénoménale dans le coût des droits de télévision pour les manifestations sportives nationales et internationales, menaçant ainsi le droit des auditeurs arabes pour un accès gratuit, et en direct, au contenu de programmes sportives populaire. Ces développements menacent même la capacité des fans de football de regarder leurs équipes nationales en compétition. Un problème qui pourrait bientôt s'étendre aux ligues locales. Pour cause, Aljazeera sport a conquis l'espace télévisuel en acquirent les droits de TV pour l'Afrique du Nord et le Moyen Orient de presque toutes les ligues européens de football et compétition sportives régionales et internationale.

Pour barrer la route a toute compétition, Aljazeera a simplement racheté la chaine de sport rivale Arabe Radio et TV (ART), autrefois la priorité d'un businessman Saoudien Sheikh Salah Kamel, et avec elle les droits de retransmission de la Coupe du Monde de 2010 et 2014, pour une somme estimé selon la presse à 2 Milliard de Dollars. Déjà en 2006, alors que ART a payée 0 million pour le droit exclusif de diffuser les Coupe du Monde de football pour 2006, 2010 et 2014, Sheikh Salah Kamel été accusé par la presse Arabe d'être « le premier qui a privé les pauvres dans le monde Arabe de regarder la coupe du monde » (Babnet, 2006).

Face à cette situation, un nouveau marché parallèle c'est développé, de Jeddah à Marrakech, celui des cartes et démodulateurs pirates. De nouveaux moyens pour déchiffrer le nouveau système sophistiqué de sécurité imposée par les chaines satellite numériques (ex. Viaccess, Iredito, Niagara) sont mis à la disposition des clients a la recherche de moyens moins chère pour l'accès au programme sportifs de Aljazeera sport, mais aussi les autres chaines étrangères telle que TF1 et Canal+, populaire en Afrique du Nord. Pendant la coupe du Monde de 2006, L'astuce en Tunisie, Algérie et Maroc, c'était de remplacer les démodulateurs numériques avec l'ancien modèle analogique pour capter les chaines française TF1 et M6, qui détenait les droits pour le territoire français. Une autre option, valable en 2006, était d'orienter la parabole vers des satellites européens tels qu'Astra, pour pouvoir voir les matches sur les chaines Allemande (ZDF et RTL) ou Italiennes (RAI) qui diffusaient les matches en claire. Tous les moyens sont bons pour faire partie de l'expérience dite « planétaire » de la coupe du monde. Déjà en 2006, sentent la pression de la rue, des gouvernements ce sont intervenue pour garantir un minimum d'accès pour les matches de la coupe du monde au grand publique. Le Roi de la Jordanie a ordonné l'installation de grands écrans dans les principales villes du Royaume. Le gouvernement algérien a littéralement subventionné des cartes prépayé du bouquet ART, et des points de ventes en étaient alloués dans les postes pour la distribution.

Un débat théologique a même été tenu. Des imams de la fameuse université d'Al-Azhar ont étaient invités dans les plateaux de télé et à la presse pour se prononcer, d'un point de vue religieux, sur l'égalité ou l'illégalité du piratage/ déchiffrage des clés « sécurisés » du Bouquet ART, mais aussi se prononcer sur l'engouement des populations Arabo-Musulmanes pour le football. Est- ce un signe d'un déclin culturel et moral de la Oumma, ou au contraire, la communauté musulmane a le droit de faire partie de cette culture sportive globale ? (Amara, 2007).

Je chreche un « peer »

Depuis 2006 une communauté virtuelle c'est développé pour partager les informations sur les chaines de TV et la technologie de réception par satellite. Des forums sur le net ce sont formés au fur à mesure, sur des bases locale /territoriale, (par exemple, DZsat ; Masrysat, Iraqisat, Tunisiasat, Syria-share, Maghreb-Sat) ou sur des bases ethnique-linguistique (exemple, satarabia), ou sur des bases extraterritorial de solidarité international entre internautes, ou tout simplement sur des bases footballistique (les forums de supporteurs de Real Madrid contre ceux de Barça). Ces forums ont leur propre jargon: sharing, streaming, peers, servers, mais aussi leur propre code éthique pour le partage légal ou « illégal » des feeds (les chaines momentanément en claire) ou même les clés des chaines cryptés. En joutant un coup d'œil sur les commentaires ; le langage de solidarité, de partage, de liberté et d'entraide revient, parfois au nom de la solidarité nationale, arabe ou religieuse. Il est commun de trouver des messages postés, sur une nouvelle technologie de TV par satellite, ou sur l'apparition d'une nouvelle chaine Arabe sur un satellite, qui commencent avec Dieu et Grand, par la shahada (la proclamation islamique), ou BismiAllah (au Nom de Dieu le Miséricordieux). Il y'a aussi un discours moralisant qui dominent quelque forums, qui découragent le partage d'information sur des chaines érotique, ou des informations sur des chaines de TV sectaires qui propagent la division dans la Oumma. D'autres commentaires encouragent l'utilisation de l'arabe comme mode d'expression, surtout à l'encontre des membres du Maghreb qui généralement postent leurs commentaires en français. En fait ils existent des forums francophones qui relient les internautes du Maghreb avec la communauté Maghrébine en France. Face à l'intérêt grandissant pour le divertissement, des commentaires sont postés pour faire rappeler les membres sur l'importance des cinq prières et les vrais maux de la Oumma (la Palestine, L'Iraq, la Syrie…etc). Mais la principale attraction de ces forums reste les évènements sportives, surtout footballistique : « les amis quelle sont les chaines qui diffusent le classico ce soir » ; « mes frères vous avez les clés pour la chaine aljazeera sport ?» « urgent, combien ça coute un démo Forever au Maroc ? » « Comment capter la chaine Eriteria TV ? ».

Pour le jeunes, et même les moins jeunes, Internet est devenu le seul espace libre de rébellion contre, à la fois, le contrôle étatique sur la production de la culture, et aussi contre la montée en puissance des réseaux de chaines de TV payante (contrôler par des fonds publique ou privé). Les forums sur la télé par satellite sont devenu un espace d'échanges, de solidarité, de partage (et de piratage) au deçà des divisions territoriales, ou même de différence du genre, ou hiérarchie socio-économique. Des recherches plus approfondis sont nécessaire pour analyser la dynamique de ces forums, leurs importances dans la vie des jeunes ; combien ils passent d'heures par jours et par semaines sur ces forums ; comment leurs sens d'appartenance à un forum, a un groupe, est construit/forgés, et sur quel base, nationale, régionale, ethnique, ou religieuse ?

L'objectif de cet article était plus de faire la lumière, sur un plan exploratoires, a cette communauté virtuelle dans le monde arabe, et d'essayer de donner un sens à l'encontre du phénomène en pleine croissance des chaine de sport payantes, qui pour certains elles offrent un accès à des programmes sportifs avec une meilleure offre qualité-prix, pour d'autres, elles imposent une forme d'exclusion de ce qui était autrefois le seul moment de distraction des problèmes quotidiens, le foot à la télé.

* maître de conférences en sport management et politique sportive, School of Sport, Exercise and Health Sciences, Loughborough University (UK).

Vice-président de International Society of Sport Sciences in the Arab World (I3SAW)

Références

Sur le même sujet voir mon chapitre avec Laurent Bonnefoy « Se commentaires en Arabe …ou en Tigriniya ? Fan de football recherche diffusion télévisée gratuite ? Laurent Bonnefoy et Myriam Catusse (ed.) Jeunesses Arabes : du Maroc au Yemen—Loisirs, cultures et politiques. 2013, Paris : La Découverte, pp. 114-124